Pas question de se laisser gagner par la morosité, voici des idées pour aider votre ado à donner le meilleur de lui-même.

S’engager au service de ses concitoyens

Choisir, c’est renoncer… dit le dicton. Mais ne pas choisir, n’est-ce pas déjà un choix ? Le risque est dès lors de laisser les circonstances choisir à notre place. Alors autant s’engager pour une cause qui en vaut la peine. L’indignation des jeunes face aux dérives terroriste peut être utile dès lors que l’on sait la transformer en une force utile, mise au service de ses concitoyens. Après l’appel à l’engagement du chef de l’État, les centres de recrutement ont été pris d’assaut. A croire que les jeunes n’attendaient que cela. Mettre son énergie au service de la sécurité des autres, voilà une bonne manière de donner le meilleur de soi-même.

Quelques idées pour s’engager

S’engager dans l’associatif

Rendez-vous dans votre mairie et demandez la liste des associations municipales acceptant des mineurs.

Accomplir son service civique

Le Service Civique est ouvert aux jeunes de 16 à 25 ans, jusqu’à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap. Il est indemnisé à hauteur de 573 € par mois et permet de s’engager sans condition de diplôme dans une mission d’intérêt général au sein d’une association, d’un établissement public, d’une collectivité, en France ou à l’étranger et dans 9 domaines d’action : solidarité, environnement, sport, culture, éducation, santé, intervention d’urgence, mémoire et citoyenneté, aide humanitaire. Le choix est vaste et devrait permettre à chacun de trouver la cuase qui lui convient.

Devenir réserviste

La réserve opérationnelle de l’armée de terre n’est pas réservée à d’anciens militaires à la retraite. Elle est ouverte aux jeunes. Pour l’intégrer, il faut avoir la nationalité française, avoir plus de 17 ans et moins de 35 ans, être médicalement apte, être en bonne condition physique et mentale, avoir effectué sa journée Défense et citoyenneté (JDC), jouir de ses droits civiques, réussir l’entretien et les tests de sélection. Plus d’infos sur sengager.fr

Valoriser les actions positives

Et si une actualité particulièrement sinistre était aussi un révélateur de bonne humeur ? Certains trouvent dans ces circonstances l’occasion de prendre la mesure du caractère thérapeutique des actions positives. Voici une bonne manière d’entrer en résistance pacifique : adopter l’attitude de Jérôme Jarre, star des réseaux sociaux Vine et Snapchat. Le jeune français de 26 ans installé aux Etats-Unis compte plus d’un million de folowers sur Twitter, plus de 2 millions d’amis sur Facebook et (accrochez-vous) collectionne 12 millions de vidéos vues sur Youtube. Des cacahuètes à côté des 1,4 millions de vues sur Vine. Vous l’avez compris, le jeune originaire d’Albertville est une véritable star. Alors, fort de tous ces adeptes, Jérôme Jarre a créé la « Love Army » en réponse aux attentas de Nice. L’Armée de l’amour. Le titre est un brin naïf… et pourtant cela fonctionne ! Chacun est invité est poster des vidéos ou photos d’actions concrètes à travers lesquels il diffuse l’amour autour de lui. « C’est comme ça que la France se relèvera ». Prémonitoire ?

Acquérir des compétences pour aider les autres

Acquérir des compétences pour aider les autres

Prendre le temps de passer un diplôme, apprendre une langue étrangère rare pour aider les communautés à se rapprocher… L’acquisition de compétences spécifiques sont un atout indéniable à l’heure d’aider les autres.

Passer une formation aux premiers secours (PSC1)

Pour porter secours à une personne blessée, le courage ne suffit pas, il faut aussi un minimum de compétences. Voici une manière bien concrète de faire quelque chose pour les autres : prendre le temps de passer son brevet de secourisme, tout comme on passe son diplôme national du Brevet, son bac ou son permis de conduire. À titre d’exemple, la Protection Civile de Paris propose des formations d’une journée (7 heures) pour un tarif de 60 euros.

Marie Bernard

Laisser un commentaire