Alors que la soirée avait bien commencé, il arrive, furibond, dans le salon : « Qui est rentré dans ma chambre ? ». Les injures volent, les portes claquent. Vous tentez tout pour sauver le navire de la tempête.

1 – Ignorez le perturbateur

Ne prêtez pas attention à celui qui est de mauvaise foi et communique son humeur exécrable à tout le monde. Il insiste en criant plus fort ? Parade : restez naturel et feignez de ne pas vous apercevoir de son état d’esprit. De cette façon, il pourra revenir vers vous quand il sera de meilleure humeur. On le sait, le plus dur n’est pas de se mettre en colère, mais de refaire un pas vers les autres. Vous finirez par l’avoir à l’usure !

 

2 – Mettez l’ambiance

Une remarque désobligeante, et voilà votre ado vexé ? Pas de panique, la situation peut encore être sauvée ! Bougez-vous : musique à fond, apéro… On fait la fête sans raison spéciale. Tout le monde se retrouve un peu plus tôt avant le dîner pour profiter d’un instant convivial. Les boudeurs se sentiront vite gênés.

 

3 – Faites diversion

Hum… Pas facile de passer un bon moment quand tout le monde fait la tronche. Dénichez l’idée sympa qui fera plaisir à votre tribu. Créez l’évènement, en proposant par exemple d’aller chez McDo ou au ciné, en vous faisant livrer des pizzas ou en organisant un plateau TV. L’effet sera garanti si ce que vous proposez contraste avec vos habitudes. Vous n’avez pas d’imagination ? OK, mais vous connaissez bien votre famille et vous saurez la prendre par les sentiments.

 

4 – Prouvez votre bonne foi

« T’es vraiment trop nase, j’peux jamais rien faire… » Compensez donc par autre chose. « Je t’interdis d’aller à cette beuverie mais, si ça te fait plaisir, organise une soirée à la maison. » N’oubliez pas de préciser que vous ne serez pas de la fête. Montrez-lui que vous n’avez pas pris la décision pour l’embêter. Mieux que ça : prouvez-lui que vous voulez lui faire plaisir. Il sera bien obligé de reconnaître votre bonne foi.

 

5 – Imitez-le

Si votre ado vous pourrit l’ambiance, essayez de le désarçonner. Sortez de votre personnage et suscitez l’étonnement et la surprise. Le but est qu’il prenne du recul sur la situation. « Ouais, c’est dégueulasse, pourquoi moi j’ai pas le droit ? » Répétez à sa manière ce qu’il vient de dire, avec de l’humour et un air faussement dramatique. Sortis de votre bouche, ses propos le choqueront, et il se rendra compte de leur stupidité. Faites appel à son sens de l’humour. Ça passe ou ça casse…

 

6 – Exagérez les problèmes

« J’en ai mare, j’ai pas de bol. C’est toujours à moi que ça arrive ! » Il plombe la soirée avec ses lamentation incessantes ? Dramatisez la situation : « Mon pauvre, que tu es à plaindre. Je ne sais pas comment tu fais pour supporter ton quotidien. » Souriez-lui, complice. Il n’aura plus d’arguments. Le but : le décontenancer. Si ça ne marche pas, essayez l’inverse : « Passionnante, ta journée, tu ne trouves pas. J’aimerais avoir ton enthousiasme. Tu as drôlement de la chance ! Non, vraiment. L’avenir t’appartient… »

 

7 – Charriez-le

Avec affection, et à sa manière, du genre « J’tai cassé » ! Sortez de votre carcan habituel. Se mettre, de temps à autre, à son niveau ne veut pas dire quitter son habit de parent. Une petite vanne lui montrera que vous n’ignorez pas tout de son univers. Par exemple en lançant « Parle à ma main ! », fameuse réplique culte de Michaël Youn, qui signifie « Cause toujours, tu m’intéresses ! ». Montrez-lui ainsi que son langage et son état d’esprit ne vous échappent pas.

 

8 – Apportez la solution

Qui dit problème dit solution. Votre ado vient vers vous en larmes parce que votre conjoint vient de lui crier dessus pour ses dernières notes « CA-TA-STRO-PHIQUES ! ». Consolez-le. Même si vous êtes d’accord avec l’autre parent sur le fait qu’il n’ait pas assez travaillé au collège ou au lycée, vous pouvez l’encourager à rebondir sur cet échec. Palliez ainsi le manque de sang-froid de votre moitié. En plus, pour une fois, c’est vous qui aurez le beau rôle !

 

9 – Faites-le parler

Dans une famille, soit on évite les sujets qui fâchent, soit… on décide d’en parler carrément. Les tensions montent de plus en plus nettement chez vous ? Ce malaise est peut-être lié à une accumulation de non-dits. Alors, un beau matin, vous faites asseoir tout le monde et vous lancez un tour de table : « Maintenant, chacun va dire ce qu’il a à dire ». La bombe est enfin désamorcée : au mieux l’affaire est réglée, au pire ça éclate. Mais dans les deux cas, tout le monde vous sera reconnaissant d’avoir crevé l’abcès.

 

10 – Sachez vous excuser

Présentez vos excuses quand vous êtes en tort. Vous êtes sorti de vos gonds lorsque, pour la énième fois, votre ado est rentré avec ses chaussures boueuses sur le carrelage fraîchement nettoyé ? Une heure après votre crise de nerfs, vous admettez que votre attitude était excessive. Il n’est jamais trop tard pour se faire pardonner et sauver sa soirée… Honnêteté, courage, humilité, et cette affaire sera bientôt classée.

Laisser un commentaire