Chats & chiens : des vertus insoupçonnées

0
L’animal de compagnie participerait au bonheur de l’enfant mais aussi à la construction de ses capacités sociales et de son estime de soi. Décryptage.

Un foyer sur deux possède un animal de compagnie. Cela représente, en France, 13,5 millions de chats et 7,3 millions de chiens selon les derniers chiffres avancés par une étude Facco-Kantar et TNS de 2015. Pour une estimation un peu plus actuelle, on peut compléter ces chiffres avec une récente étude réalisée par Prom’animal et Les Échos Études en 2018, qui déclare que le nombre d’animaux de compagnie en France augmente chaque année de 0,5 % en moyenne depuis une dizaine d’années… Ces chiffres pour affirmer naturellement que nous sommes nombreux à aimer et chérir nos boules de poils. Et il y a de quoi… Toutefois, il ne faudrait pas limiter l’apport de nos gentils compagnons de vie. Leurs vertus sont manifestes pour accompagner les personnes âgées dans leur quotidien parfois trop solitaire. Les animaux de compagnie sont également un moyen éprouvé pour créer des interactions avec certains publics comme ceux atteints d’autisme. Mais ce n’est pas tout. Ces animaux de compagnie sont également très profitables aux enfants dans leur développement personnel.

Travailler l’estime de soi et les capacités sociales

Publiée en 2016 dans l’International Journal of Environmental Reserch and Public Health, une étude démontre que les jeunes qui évoluent avec un animal de compagnie auraient une meilleure estime d’eux-mêmes avant 6 ans. La compagnie d’un animal domestique permettrait également aux enfants de se sentir moins isolés et de démontrer de meilleures capacités sociales. Cette étude qui n’est pas la première du genre confirme donc les bienfaits d’un animal de compagnie dans le développement comportemental, émotionnel et éducatif des enfants.

« La possession d’un animal semble avoir un impact significatif sur l’estime de soi pour les enfants de moins de 6 ans et les jeunes de plus de 10 ans. Généralement, les chiens et les chats sont considérés comme les animaux qui apportent le meilleur soutien social, peut-être en raison d’un plus haut degré d’interaction et de réciprocité par rapport aux autres animaux », explique Rebecca Purewal, auteure principale de l’étude.

Chiens versus chats : un bonheur plus important avec les chiens ?

« Si je préfère les chats aux chiens, c’est parce qu’il n’y a pas de chat policier », écrivait Jean Cocteau avec amusement. Mais il ne croyait pas si bien dire… Chiens et chats ne procureraient pas autant de bonheur à leur maître. Depuis 1972, des chercheurs américains ont recueilli des données sur le mode de vie et les préoccupations de la population. L’année dernière, une multitude de questions a été posée aux sondés sur leur rapport aux animaux. La conclusion tranche dans le vif l’éternel débat du choix du chien ou du chat. Selon cette étude publiée par le centre de recherche NORC de l’université de Chicago, les familles qui auraient opté pour l’option canine seraient deux fois plus nombreuses à se dire heureuses que celles qui possèdent un chat (18 %).

Des précautions à prendre cependant

Instaurer une relation enfant/animal nécessite des prérequis. Pour garantir une relation optimale, santé et sécurité doivent être anticipées pour amoindrir des risques tout à fait évitables.

Acheter un animal peut apporter la crainte qu’il véhicule des maladies ou des allergies. Il ne faut pas tomber dans le lieu commun que posséder un animal renforce le système immunitaire de votre enfant. Certes, certaines études avancent que les bébés connaissent moins d’infections au contact des chiens. Une étude américaine menée à l’hôpital Henry Ford (Détroit, États-Unis) et publiée dans le journal Clinical & Experimental Allergy avance que le contact des animaux renforcerait la production d’anticorps. Malgré ces arguments, il ne faut pas oublier certains gestes simples de santé. D’autant que salive, urine et poils d’animaux sont des allergènes puissants.

Garder à jour les vaccins, penser à vermifuger l’animal pour éviter les vers alimentaires, et mettre en place certaines règles d’hygiènes sont nécessaires. Il faut effectivement veiller à ce que l’animal n’aille pas dans le lit de votre enfant et que ce dernier se lave les mains à chaque fois qu’il joue avec… Autant de petites mesures faciles à instaurer et qui permettront d’installer un climat optimal pour cette relation pas comme les autres.

Geoffroy Framery

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.