Les chercheurs de l’université américaine John Hopkins – université privée américaine, située à Baltimore, au Maryland, elle doit son nom à John Hopkins, un entrepreneur qui lui a légué à sa mort 7 millions de dollars – ont très tôt décidé d’offrir un suivi en temps réel des chiffres clés de la pandémie dans le monde, continent par continent, pays par pays : le nombre total des malades déclarés, celui des décès et par soustraction le nombre des guérisons.

Il va de soi que le chiffre total des contaminations est sans cesse sous-évalué : il dépend des déclarations minorées et du nombre de porteurs contaminés non encore repérés.

Pour afficher le site, cliquez ici

Pour Lauren Gardner, directrice de l’équipe attelée à ce travail exceptionnel de recensement en continu, il est essentiel que “le public comprenne la situation à mesure qu’elle se déroule”. C’est on ne peut plus vrai.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.