« C’était comment ta « première fois »? Tu as déjà essayé le… ? » Si ces questions ne vous ont jamais été posées, préparez-vous. Car si l’on en croit les milliers de discussions postées sur la Toile, il y a de fortes chances que vous y soyez confronté. Pour les ados, c’est le premier rapport sexuel qui arrive largement en tête des interrogations, et pourtant… en trente années, les pratiques n’ont pas beaucoup évolué. En 1975, l’âge de la première relation sexuelle était de 17,6 ans pour les hommes, contre… 17,6 en 2007. En 1968, il y a quarante ans, la première expérience était plus tardive : 18,4 ans pour les garçons, 19,3 pour les filles. Pas de changement majeur donc, même s’il faut noter 
le rapprochement de l’âge des hommes et des femmes pour la première relation.

Mariage, premier enfant

Sur ce point, l’évolution est radicale. En 1968, l’âge moyen du premier mariage était de 24,6 ans pour les hommes et de 22,4 pour les femmes. Quarante ans plus tard… les hommes convolent à 31, 3 ans et les femmes à 30,2 ! Sept ans d’écart. La faute à mai 68 ? En fait, cette forte augmentation serait surtout due 
à l’allongement de la durée des études. Mais aussi 
à la plus grande difficulté des jeunes à s’insérer sur le marché du travail. Des facteurs qui, ajoutés à la légalisation de la contraception, ont également une influence sur l’âge auquel les femmes ont leur premier enfant. En 1968, elles devenaient mères à 24 ans en moyenne, contre 29,8 ans aujourd’hui.

Drogues : le boom des années 90

En mai 68, « tous les jeunes fumaient du hasch, prenaient de l’héro ». Mythe ou réalité ? Difficile 
à dire car aucun chiffre fiable ne peut venir corroborer cette affirmation. Toutefois, un sondage IFOP réalisé en 1969 affirme que seulement 5 % de jeunes de 15 à 24 ans avaient « pris de la drogue ». Seule certitude : les années 90 marquent un vrai boom pour la prise de cannabis chez les jeunes (entre 1993 et 2000, le taux d’expérimentation des ados double). L’Observatoire français des drogues et de la toxicomanie (OFDT)considère qu’aujourd’hui les ados fument leur premier joint à 15 ans, un âge qui a eu tendance à baisser ces dix dernières années. Concernant l’expérimentation de la cocaïne, l’OFDT signale une augmentation notable depuis 2000, puisque le taux d’expérimentation passe 
de 0,9 % à 17 ans à 2,5 en 2005. Même constat pour l’héroïne, dont le taux passe de 0,9 % en 2000 à 2,5 %.

La première taffe

En 1968, l’âge moyen de la première cigarette était de 16 ans ; quarante années plus tard les jeunes expérimentent le tabac beaucoup plus tôt. Â 13 ans, ils ont déjà « tiré leur première taffe ». Toutefois, 
la consommation régulière à l’âge de 17 ans est en forte baisse depuis 2000, aussi bien pour les filles que pour les garçons. En cinq ans, le niveau d’usage quotidien a même connu une diminution de 20 %. Les campagnes anti-tabac successives ont sans doute joué un rôle dans cette diminution. À cela s’ajoute également la radicalisation des non-fumeurs. Ces derniers ont eu tendance à s’autonomiser et à affirmer des positions plus déterminées que leurs aînés.

Premier verre d’alcool

L’alcool reste le premier produit psychoactif 
que les jeunes expérimentent. Aujourd’hui, à 
11 ans, 59 % d’entre eux affirment avoir bu au 
moins un verre d’alcool. Une donnée qui n’a pas 
beaucoup évolué avec le temps. Cela s’expliquerait notamment par une consommation qui intervient davantage dans le cadre familial. Là encore, la révolution de 1968 ne semble pas avoir eu de conséquences directes sur l’évolution de l’âge 
de cette fameuse première fois. À croire que les adolescents d’aujourd’hui sont plus sages que 
leurs aînés.

Article réalisé par Leila Minano

Laisser un commentaire