Temps de lecture estimé : 3 minutes

Assurer la réussite de tous les enfants, tel est le but de la Fondation pour l’école qui accompagne et soutient entre 450 et 500 écoles alternatives par an. Des écoles dites hors contrat qui attirent de plus en plus de familles et même d’enseignants.

 

Reconnue d’utilité publique et créée par décret du Premier ministre après avis du Conseil d’État en mars 2008, la Fondation pour l’école (FPE) abrite dix autres fondations à visée éducative, comme la Fondation espérance ruralité ou encore la Fondation lettres et sciences. « Notre but est triple : former la communauté éducative de directeurs, de professeurs et d’éducateurs du primaire, du secondaire et du supérieur au sein de l’Institut libre de formation des maîtres (ILFM). Apporter une aide juridique gratuite et financière, sur devis, à ceux qui souhaitent créer et développer les écoles indépendantes. Et aider à préparer l’école de demain », explique Hervé Rolland, qui préside la FPE depuis janvier 2021.

 

Des formations accessibles même aux parents

Depuis le début de la pandémie et surtout la suppression programmée de l’IEF (Instruction en famille), l’ILFM de la Fondation enregistre une forte hausse des inscriptions aux formations, notamment celles qui visent à ouvrir un établissement scolaire. « Nous avons formé 532 personnes en 2021 contre 350 en 2020 », se réjouit Hervé Rolland. La Fondation propose 70 modules de formations aux professeurs et aux cadres éducatifs, parmi lesquelles de nombreux modules tirés des pédagogies alternatives comme la méthode de Singapour, la gestion mentale ou la pédagogie de l’attention. Des modules qui intéressent même le « sous contrat ». « Environ 30 % de nos formations continues sont aussi dans le sous contrat. Ce qui signifie qu’il existe une demande des enseignants qui souhaitent de revoir leurs méthodes », glisse Hervé Rolland. L’ILFM a même quelques modules accessibles au grand public. La Fondation propose par exemple la formation à la gestion mentale. Certains parents finissent par se reconvertir en enseignants !

En pleine covid, 122 écoles ont été créées pour la rentrée 2021 (contre 110 en 2020) et 210 projets sont prévus pour la rentrée 2022. Autre petite victoire pour la Fondation : malgré le contexte sanitaire difficile, elle a réussi à organiser Libsco, le salon de l’innovation pédagogique, qui s’adresse autant aux parents d’élèves qu’aux professionnels de l’éducation. « Près de 1 800 personnes ont assisté à notre salon virtuel cette année et nous avons déjà plus de 1 500 vues des replays sur libsco.fr », se félicite Hervé Rolland.

 

Chaque enfant doit pouvoir trouver l’école dont il a besoin

Pour ce jeune retraité qui a exercé des responsabilités de direction générale dans le secteur informatique, cet engouement est dû en partie à la loi sur le séparatisme. « Pour l’instant c’est l’instruction en famille, l’IEF, qui est visée, ce qui n’est pas le sujet de la Fondation, précise Hervé Rolland. Toutefois, aujourd’hui, 62 000 enfants sont formés pas l’IEF, dont les parents devront justifier le besoin de continuer. Deux tiers de ces enfants vont probablement rejoindre les écoles indépendantes actuelles ou en créer de nouvelles. » « Mais attention, contrairement à ce que pensent certains, hors contrat ne veut pas dire hors contrôle. Nos écoles sont déclarées et inspectées chaque année », prévient ce père de quatre enfants et heureux grand-père de huit petits-enfants.

Si le harcèlement scolaire, qui touche entre 800 000 et 1 million d’enfants chaque année, est l’une des raisons qui poussent les parents à opter pour une école indépendante, c’est surtout la liberté, la diversité du choix et de méthodes qui séduisent les familles. « 70 % des écoles indépendantes sont aconfessionnelles. La Fondation aide trois types d’écoles : classiques, innovantes – comme l’école écocitoyenne ou bien les « Forest Schools » –, et les écoles adaptées aux enfants dyslexiques ou bien handicapés, note Hervé Rolland. Dans chacune d’entre elles, tous les enfants sont traités de manière individuelle. »

En 2022, la Fondation entend réfléchir à la façon dont elle va gérer la croissance de la formation initiale et continue des professeurs. « La demande est gigantesque. Maintenant, nous avons besoin de dons pour pouvoir y répondre », conclut Hervé Rolland, convaincu que chaque enfant doit pouvoir trouver l’école dont il a besoin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.