Comment soutenir son enfant dans son élan de générosité

0

L’étincelle de bonté réside dans chacun d’entre nous, mais faut-il encore la cultiver. En tant que parents, nous aimerions que nos enfants soient gentils et généreux. Il est donc de notre devoir d’encourager ces idéaux. Voici quelques idées qui pourront vous être utiles pour avancer sur cette voie-là.

Don matériel

Dès leur plus jeune âge, nous apprenons à nos enfants à partager avec les autres. À 7-12 ans, les seules choses qu’ils ont en leur possession sont souvent les jouets. Pourquoi ne pas leur proposer d’en faire un don ? Vous pouvez aider votre enfant à faire le tri et amener le sac rempli de jouets, qu’il aura lui-même sélectionnés, à la Croix-Rouge ou aux Restos du Cœur, par exemple. Une étude montre que l’enfant est plus influencé par l’exemplarité d’un autre enfant que celle d’un adulte. Pourquoi ne pas proposer à vos petits voisins, ou aux copains d’école de vos enfants, d’organiser un vide-greniers ? Les enfants sauront qu’ils ont fait une belle action. Vous pourrez ensuite envoyer ensemble un chèque à l’association ou la fondation de votre choix.

Pour les adolescents ayant déjà leur argent de poche, le don sera différent. Selon la législation française, les mineurs ne peuvent pas donner de l’argent à un organisme de solidarité. Vous pouvez donc leur proposer par exemple de mettre de l’argent dans une tirelire pour qu’à la fin du mois vous puissiez envoyer un chèque à la fondation ou l’association de son choix. L’ado peut aussi faire un don via SMS, avec votre accord bien sûr. Cette fonction est notamment possible avec Le Secours Catholique et Le Secours Populaire. Ces dons peuvent aller de 2 à 10 euros, et les petits ruisseaux font les grandes rivières !

Don de soi

Votre enfant peut aussi donner de son temps. Par exemple, si vous faites des maraudes dans une association locale ou avec Emmaüs ou encore UNITED, vous pouvez proposer à votre enfant de cuisiner avec vous. Ce sera l’occasion pour vous de partager un moment agréable avec votre petit chéri, lui apprendre à cuisiner et aussi à être solidaire avec ceux qui n’ont rien à manger. Quant à la distribution de ces plats, il est néanmoins préférable que vous la fassiez tout seul avec votre association qu’accompagné de votre enfant.

En revanche, si vous voulez devenir bénévole des Petits Frères des Pauvres, vous pourrez amener votre enfant avec vous lors de vos visites chez les personnes âgées isolées. Elles seront heureuses d’entendre des rires d’enfants égayer leur solitude.

Création d’un événement solidaire

Courses à pied, concerts, expositions, ventes, dîners, pièces de théâtre… Autant de possibilités s’offrent à vous et à votre enfant pour soutenir des associations. Ces dernières vous proposent d’ailleurs souvent sur leurs sites de créer votre propre page de collecte ou un événement. Le Secours Catholique a par exemple mis en place la plateforme « Mon don a du sens ». À l’occasion d’un événement : mariage, baptême, anniversaire, etc., vous pouvez proposer à vos invités de collecter des fonds pour soutenir les actions du Secours Catholique. « Dans mon entourage, je vois beaucoup de personnes qui le font. Les enfants peuvent utiliser cette plateforme lors de leur profession de foi ou première communion. Ils peuvent pousser les gens à la charité et être généreux à leur tour puisqu’au lieu d’avoir des cadeaux, ils donneront l’argent récolté par leurs proches au Secours Catholique. Ce don est déductible de l’impôt à 75 %, ce qui permet au parent ou ami de consacrer cette économie pour un cadeau », explique Christian Wintenberger, responsable Marketing dans le Département Générosité Grand Public du Secours Catholique.

Outre la collecte des fonds, les évènements assurent une visibilité locale aux associations et une sensibilisation à leurs projets. Vous pouvez donc les aider en organisant une vente de gâteaux, que vous cuisinerez avec votre enfant, un marathon que vous pourrez courir avec d’autres familles de votre commune ou encore un concert… Les associations se feront une joie de vous accompagner. Par exemple, l’ARSLA vous fournira un document qui vous aidera à mieux expliquer la maladie de Charcot. De son côté, la fondation Jérôme Lejeune vous proposera de vous inscrire pour participer aux campagnes de mobilisation pour défendre les personnes trisomiques et les plus fragiles. Un projet qui pourrait intéresser vos ados en les rendant utiles.

N’hésitez pas de parler avec l’enfant de la générosité et la solidarité. Vous verrez, il est fort probable que son raisonnement vous étonnera plus que vous ne le pensiez.

Anna Ashkova

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.