Signes particuliers

On les croirait tout droit sortis d’une pochette vinyle. Converse personnalisées ou chaussures à pointes, pantalons cigarette, chapeaux melon, chemises de dandys, blousons en cuir… Les adolescents rockeurs prennent la relève de leurs idoles des années soixante-dix. Frange pour les filles, cheveux mi-longs pour les garçons, on les reconnaît à leur attitude désinvolte, leur air détaché et leur goût pour les vêtements vintage. Autour du cou, un foulard enroulé négligemment. Dans les cheveux, leur main qui passe des centaines de fois par jour pour conserver un aspect « décoiffé » en toutes circonstances.

Mode de vie

Lorsqu’ils ne sont pas occupés à tapisser les murs de leur chambre de posters de leurs idoles ou à gratter des accords de guitare, les nouveaux rockeurs surfent sur Internet et enrichissent leur culture. Entre eux, ces jeunes experts se retrouvent pour écouter de la musique, s’échanger des albums ou débattre de longs moments sur la définition de ce qui est « rock » ou ne l’est pas. Les rockeurs consacrent une grande partie de leur argent de poche à leur passion. On les retrouve aux concerts, agitant au rythme des basses un poing fermé avec index et auriculaire levés – le symbole des cornes du diable.

État d’esprit

Les nouveaux rockeurs contestent tout – même l’engagement social de leurs aînés. Pour eux, la musique n’a pas vocation à changer la société. Elle servirait plutôt à s’évader d’un monde qui n’aurait pas de sens. Les rockeurs revendiquent un esprit libre et rebelle. Ils souhaitent « vivre sans règles », « aimer sans contrainte », « profiter de la vie ». Concrètement, chez les ados cela se traduit par une volonté d’indépendance vis-à-vis des parents, une vision romantique de l’amour et un goût prononcé pour les soirées entre amis. Les ados rockeurs refusent d’appartenir à une majorité, mais ils sont précurseurs de mode malgré eux.

Origine

Le regain d’intérêt des adolescents pour le rock provient des « baby rockeurs ». Ces nouveaux groupes parisiens ont été surnommés ainsi à cause de leur jeune âge : la plupart des membres ont sorti leur premier album alors qu’ils étaient encore au lycée. BB Brunes, Naast, Plastiscines sont les groupes les plus connus : ils ont remis la mode vestimentaire des années soixante-dix au goût du jour, en y ajoutant une touche personnelle de modernité. Dans leurs chansons, ils traitent avec humour et rage des thèmes du flirt, de la fête, de l’alcool, des souffrances et des bonheurs d’adolescents.

Influences

Attention, l’intérêt de votre ado pour le rock n’est pas une simple lubie ! Des Beatles à BB Brunes en passant par Queen, the Monkees, U2, ou Sex Pistols, le rockeur connaît toutes les chansons mythiques, les lectures qui s’y réfèrent, les anecdotes de concerts, les contextes politiques des albums. Ses références sont élargies à l’ensemble de ces cinquante dernières années. Comme le rock ne se réduit pas à un genre musical, votre ado adopte un état d’esprit se traduisant aussi bien dans la musique que dans l’histoire, la littérature, le cinéma ou la mode. Critiquer ses goûts musicaux ou vestimentaires, c’est remettre en cause l’ensemble de ses choix !

Florence PERCEVAUT

Trois travers possibles du rockeur… et les conseils d’Émilie pour y parer !

– Il a monté un groupe et souhaite tout laisser tomber pour la musique. Expliquez-lui que plus on se cultive, plus la musique devient intéressante. Donnez-lui l’exemple du bassiste de Franz Ferdinand, qui a suivi des études d’architecture avant d’en arriver là.

Il demande à sortir tous les soirs pour assister à des concerts. Parlez-lui des festivals de rock d’été. Offrez-lui un pass pour trois jours et allez aux concerts avec lui.

Il télécharge illégalement tous les albums « incontournables ». Créez un budget musique. Fouillez dans vos cartons et ressortez vos anciens CD !

Emilie du mouv

« Si j’étais parent de rockeur, je serais fière. Leur culture musicale, littéraire, leur niveau d’anglais sont impressionnants. Ce sont des adolescents vraiment sains, créatifs, qui s’expriment à travers la musique. Lorsque quelque chose ne va pas, ils écrivent des chansons. Le rock fait beaucoup de bien. Tous les soirs à la radio, je reçois des jeunes qui lancent un appel pour monter un groupe. Avec les nouveaux groupes de rock français, pour une fois, les idoles qu’ils adorent ont le même âge qu’eux. C’est décomplexant.

Si l’on a été adolescent dans les années soixante-dix, on est probablement fan des mêmes groupes de rock que son enfant. Il y a là un vrai pont. Racontez, sortez des photos de vous à l’époque, montrez-lui que vous aviez le même look. Dans l’esprit des ados, les adultes s’habillent mal, mangent des légumes et ont des amis pourris ! La musique rapproche, elle permet de faire tomber les préjugés. Je me souviens du témoignage d’une jeune fille de 17 ans qui racontait avoir vécu un beau moment de partage avec son père, de qui elle s’était éloignée. Devant un reportage télé sur un vieux groupe de rock des années soixante-dix, ils ont entonné ensemble les paroles d’une chanson. Cela a été l’occasion de renouer le dialogue. »

 

Le rocker en bref

SES VALEURS : vit le moment présent, cultive sa différence, s’exprime par la musique

SES EXCÈS POTENTIELS : l’arrogance, l’insoumission, le manque de confiance en l’avenir

CONSEIL : profitez de l’opportunité d’avoir des références communes pour vous rapprocher de lui !

 

Les Must Have des baby rockers

–       Le pantalon slim blanc (H&M, 20 euros)

–       Le chapeau trilby porté penché en arrière

–       Les lunettes de soleil d’aviateur (Ray Ban, 113 euros sur www.opticienonline.com)

–       Le tee-shirt de son groupe de rock préféré (Tee-shirt BB Brunes, 20 euros sur www.laboutique-bbbrunes.fr)

 Article réalisé par Florence Percevaut

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.