À 15 ans, Hadrien se couche tard et manque de sommeil. Que doivent faire ses parents pour l’inciter à dormir suffisamment ? Les réponses de notre expert, Olivier Follin, Relaxologue, co-auteur de Je dors mal (Olivier Follin et Stéphanie Condis, Editions les Carnets de l’info, 14,20 €).

Lui expliquer l’importance du sommeil

  • Il est en pleine croissance.

Une des hormones de croissance n’est secrétée que pendant certains stades du sommeil. Autrement dit, bien dormir aide à grandir !

  • Il doit réussir ses études.

Mal dormir, ou trop peu, nuit à la concentration et peut entraîner des somnolences pendant la journée. « Or, un adolescent est dans une période de challenge pour sa vie future, note notre expert. Il paiera cash son manque de sommeil car il peut rater sa scolarité. »

Bouger pendant la journée

La sédentarisation nuit au sommeil. Un ado inactif n’est pas suffisamment fatigué le soir. En revanche, « les jeunes qui pratiquent un sport auront plus de facilité à trouver le sommeil ! », constate notre expert. Hadrien doit nager, courir derrière un ballon ou encore se défouler sur un tatami. En marge de ses activités sportives, il est nécessaire qu’il ait une activité physique régulière. Pourquoi ne pas se rendre au lycée à pied plutôt qu’en autobus ?

Installer un climat propice à l’endormissement le soir

  • Dans la maison

On chuchote ! Quand le soir tombe, Olivier Follin conseille à toute la maisonnée de parler plus doucement pour favoriser le calme. Mieux vaut attendre le lendemain matin pour évoquer le dernier bulletin trimestriel…
On dîne tôt …
L’idéal est de dîner aux alentours de 19h30, soit deux heures avant de se coucher, afin de ne pas digérer en position allongée.
… léger…
Éviter les repas lourds qui perturbent la digestion et donc le sommeil.
… et aux chandelles !
Pour contribuer à l’apaisement général, notre expert conseille de réduire l’intensité des éclairages de sorte que l’on perçoive bien le contraste entre le jour et la nuit. L’occasion de donner du chic à vos dîners familiaux en sortant quelques bougies.

  • Dans la chambre

Il fait frais. La chaleur empêche de dormir. La température idéale dans une chambre se situe autour de 18°.
Il fait nuit. On dort mieux dans l’obscurité. Il est donc préférable de fermer ses volets avant de se coucher.
Un lit réservé au sommeil. Le lit n’est pas un lieu de vie. Il doit être exclusivement réservé au sommeil. Cette règle permet à l’ado de se mettre en bonne condition de sommeil au moment où il se couche.
Supprimer les stimulations

  • Pas d’excitants.

Avant de se coucher, Hadrien évitera de boire du Coca, de consommer de l’alcool ou de fumer des cigarettes.

  • Pas d’écrans.

« En 20 ans, les ados ont perdu deux heures de sommeil, principalement à cause des écrans, note Olivier Follin. Ils sont connectés en permanence ! » On doit arriver au lit avec le moins de pensées en tête possible. Le mieux est de confisquer à partir d’une certaine heure les téléphones portables, consoles de jeux et ordinateurs. En revanche, la lecture au lit avant d’éteindre la lumière n’est absolument pas déconseillée. Mais à l’ancienne, dans un livre papier et non pas numérique !

Quand faut-il consulter ?
Si Hadrien ne trouve pas le sommeil en période d’examens, pas de panique ! « C’est tout à fait normal et ne porte pas à conséquence puisque cela ne dure que quelques jours », rassure Olivier Follin.
En revanche, s’il se plaint régulièrement de ne pas bien dormir, qu’il a systématiquement du mal à se réveiller le matin ou que ses professeurs remarquent qu’il somnole pendant les cours, il devient alors nécessaire de consulter un spécialiste.
Après avoir rappelé les règles énoncées ci-dessus, le réflexologue apprendra à son patient à :

  • Modifier sa façon de respirer.
  • Se détendre.
  • Gérer ses pensées afin de détourner ce qui perturbe son endormissement.

Quid des somnifères ?
Un somnifère ne se prend qu’après un avis du médecin, estime Olivier Follin, qui met en garde contre toute automédication.

Article réalisé par Elisabeth Caillemer

Laisser un commentaire