L’orientation scolaire entre rêve et réalité

0

La grande course d’orientation

Comment s’orienter dans l’existence ? Cette question fondamentale habite l’esprit de tout un chacun et est devenue le cœur du système scolaire français. L’orientation déborde largement le cadre scolaire, même si elle y est désormais réduite au seul projet professionnel.

L’instruction publique instaure l’orientation pour éviter que les jeunes élèves issus des milieux ouvriers ne restent au milieu du gué et puissent accéder à une nouvelle classe sociale. L’orientation devait servir l’école de la République. Marie Duru-Bellat, professeur émérite en sociologie, membre de l’Institut de recherche sur l’éducation – Sociologie et économie de l’éducation de l’Université de Bourgogne, reprend l’expression de « procès social d’orientation » à Jean-Michel Berthelot pour montrer que « pour lutter contre la reproduction sociale et pour déboucher sur plus de justice, l’orientation a été inventée au début du XXe siècle. Avec la mise en place de la société méritocratique, ce n’est plus le milieu social d’origine qui prime, mais les aptitudes et les diplômes ». Dès lors, l’école est chargée de répartir les places par le biais de la sélection. Ce n’est donc plus à l’enfant d’untel que l’école s’adresse, mais à l’élève en tant qu’homme en devenir.

Le coût de l’orientation

Aujourd’hui, l’inflation de l’orientation n’est pas sans poser problème. Elle questionne autant le traitement que l’école réserve à l’élève que la nature même de l’école et de l’enseignement. Une chose est sûre, les élèves sont emportés malgré eux dans le processus d’orientation. « La psychologisation de l’orientation a un coût psychique conséquent. Les sphères de l’existence sont happées par l’orientation. La vie ordinaire est scandée et monopolisée par des questions d’orientation scolaire, et l’épuisement psychique de nombreux élèves ne risque que de s’amplifier », observe Gabriel Perez, professeur de philosophie au lycée Jean Richard (Paris, 19e). Avec la réforme du lycée et la mise en place du nouveau baccalauréat, des heures hebdomadaires sont désormais dédiées à l’orientation. Celle-ci devient en quelque sorte une discipline à part entière. En théorie, l’orientation « sécurise » le parcours scolaire. En pratique, elle impose aux élèves des filières dans lesquels ils sont assurés d’être diplômés. « L’urgence de l’orientation met les élèves sous pression. On n’a pas le droit à l’erreur. Il s’agit de ne pas se tromper. La rentabilité anime l’orientation », remarque Philippe Cordazzo, démographe, professeur des universités à l’Université de Strasbourg, membre du laboratoire SAGE CNRS (Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe).

Le sens de l’orientation

Au sens large, l’orientation correspond aux grandes directions qu’on choisit de donner à son existence. Elle est synonyme de gouvernement de soi : chacun semble gouverner librement sa propre existence et devenir ce qu’il se fait. Il est des moments cruciaux dans lesquels nous sommes tenus de faire des choix, de prendre librement une décision qui aura nécessairement une incidence sur la suite entière de notre vie. Jean Guichard, professeur émérite de psychologie au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) de Paris et membre du Centre de recherche sur le travail et le développement, explique que « le mot «orientation» est un mot-valise qui regroupe trois ensembles de significations ». L’orientation consiste d’abord « à donner une direction à sa vie, à se donner des perspectives d’avenir qui donnent un sens à l’existence ». En France, l’orientation signifie surtout « la répartition des élèves dans les différentes voies de l’organisation scolaire ». Enfin, on peut aussi comprendre l’orientation comme « l’ensemble des interventions pédagogiques (éducation à l’orientation) et psychologiques (interactions de conseil) visant à aider les personnes à débrouiller leurs expériences de vie et à donner une direction à leur vie active ».

Au début du XXe siècle, l’orientation acquiert le sens d’orientation professionnelle car il s’agissait de repérer les formations et les apprentissages qui convenaient à telle ou telle personne. « En France, c’est l’orientation au sens scolaire qui domine. Pour beaucoup, bien s’orienter, c’est s’engager dans une formation qui permettra d’avoir un beau métier et de bien réussir sa vie. » La liberté de choix dans l’orientation scolaire semble pourtant réduite à peau de chagrin et, de plus en plus, c’est le métier qui s’impose à l’élève au lieu d’être volontairement choisi par lui. Par ailleurs, est-il seulement concevable de réduire l’existence à la seule vie active ou au travail ? Philippe Cordazzo, directeur de publication de la Revue d’Études des Populations, explique que « les discours au niveau de l’enseignement secondaire comme du supérieur réduisent trop souvent l’orientation à la seule notion de projet professionnel ». Dès la quatrième, les élèves qui sont bons en mathématiques et en français choisissent leur filière ; les autres subissent et attendent avec anxiété la fin des sacro-saints conseils de classe. Séverine Landrier, en charge de l’animation scientifique à l’Observatoire régional des métiers (de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur) définit l’orientation comme « un processus qui s’inscrit dans la durée et qui commence quand le jeune entame une réflexion sur le champ des possibles qui s’ouvre à lui en fonction du niveau scolaire qu’il pense avoir. S’il existe des paliers d’orientation, c’est toujours en dernière instance la décision du conseil de classe notifiée par le chef d’établissement qui affecte l’élève dans une filière (ou la commission d’appel si elle est saisie) ».

Il est normal que l’élève réfléchisse à tout ce qu’il pourrait devenir. Si l’homme n’est déterminé par rien d’autre que lui-même, alors il peut tout devenir en fonction de ses capacités et de ses qualités propres. Or, « une fois une orientation retenue, les jeunes sont inquiets car ils ont l’impression de rentrer dans un tunnel ou d’être bloqués. Ils se sentent comme dans un tuyau. Beaucoup voudraient pouvoir changer d’avis tout le temps, mais les acquis scolaires et les compétences sont cumulatives », précise Marie Duru-Bellat, membre de l’Observatoire sociologique du changement à Sciences Po Paris. Pour ne pas faire un choix qui en réalité est une contrainte subie, il faut garder un maximum de portes ouvertes. Pour cela, l’élève doit être studieux et mettre en place une forme d’autocensure raisonnable. Il est normal surtout qu’un élève n’ait aucune idée de ce qu’il fera plus tard. L’école ne prépare pas des travailleurs dociles et efficaces, mais des hommes libres, cultivés et maîtres d’eux-mêmes. Le futur est contingent et il est a priori impossible de déterminer ce que nous y ferons et comment nous y existerons. « La psychologisation de l’orientation rend l’élève «responsable» de son avenir alors qu’il est à un âge où il ne peut pas l’être. Puisque l’orientation commence dès la seconde dans une logique d’articulation bac -2/bac +5, les études sont déterminées et réduites au seul projet professionnel », ajoute Gabriel Perez, professeur de philosophie à l’École internationale bilingue (Paris, 16e).

Sélection et répartition

Marie Duru-Bellat, membre du conseil scientifique de la revue L’Orientation Scolaire et Professionnelle, soutient que « l’orientation ne procède pas d’un choix métaphysique réfléchi, mais dépend des notes, des places disponibles et de l’offre des établissements de formation ». Et Jean Guichard d’ajouter qu’ « à l’école, on n’oriente pas, on sélectionne. Pour répartir les élèves, l’Éducation nationale met en place tout un processus de sélection en fonction de critères explicites et implicites dans le cadre de l’architecture du système scolaire français ». Par conséquent, tout n’est pas possible en matière d’orientation scolaire. La marge de manœuvre de l’élève est même plutôt réduite. Les élèves ayant un faible niveau scolaire acceptent les formations de proximité quand bien même celles-ci ne leur plaisent pas.

« Les jeunes sont amenés à penser leur avenir en termes d’intentions d’avenir scolaire. Bernadette Dumora appelle «raisonnement probabiliste» le calcul effectué par les élèves entre leurs chances de réussite en fonction de leurs résultats scolaires et la hiérarchie des formations », indique Jean Guichard, titulaire jusqu’en 2016 de la Chaire Unesco « Orientation et conseil tout au long de la vie ». En droit, l’horizon des possibles se déploie au moment de l’orientation. En fait, les choix proposés reconduisent le plus souvent les inégalités sociales d’origine et réduisent de manière violente le champ des possibles.

« L’élève s’oriente au sein d’une certaine organisation scolaire et sa marge de manœuvre est réduite. En fonction de l’architecture de l’organisation scolaire (le système scolaire) et des procédures d’orientation-répartition qui y ont cours, l’élève est plongé dans un dispositif qui reproduit plus ou moins fortement les inégalités sociales d’origine. En France, l’orientation non seulement reproduit mais accentue les inégalités sociales d’origine », déplore Jean Guichard. Qui rappelle que, « selon l’étude publiée par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) en 2016, la France est championne des inégalités à l’école au sein des 35 pays membres de cette organisation ». Les élèves semblent enchâssés dans un dispositif de sélection qui choisit à leur place et réduit d’autant leur liberté et leurs perspectives d’avenir. « Les élèves qui ont un niveau faible sont acculés et «choisissent» leur orientation en fonction des places », reconnaît Marie Duru-Bellat. Il s’agit encore de faire un métier sérieux, d’avoir un « vrai métier ». Les parents cherchent souvent à reproduire des codes, tandis que les élèves cherchent à ne pas se tromper. Pour Philippe Cordazzo, « les contours de l’orientation sont circonscrits au projet professionnel et on demande d’abord à l’élève de se déterminer sur un métier, plutôt que de réfléchir plus largement à un domaine ».

Estime de soi scolaire

À l’école, l’élève se construit une certaine image de lui-même, elle-même dépendante de l’organisation générale de l’école. L’orientation influe certainement sur la construction de soi de l’élève. Les élèves de lycées professionnels ont intériorisé la hiérarchie scolaire des filières et des lycées. « L’élève construit une image scolaire de lui-même en fonction de la hiérarchie entre les filières et des évaluations qu’il reçoit de ses résultats dans les disciplines estimées importantes », indique Jean Guichard en tant que spécialiste de la psychologie de l’orientation. « Cette image scolaire de soi tient généralement une place centrale dans l’organisation du système des concepts de soi (c’est-à-dire dans «l’identité subjective») du jeune. » En reproduisant souvent les inégalités sociales après les avoir transformées en inégalités scolaires, l’orientation détermine ou condamne certains élèves. « Les inégalités apparaissent dès la formulation des vœux et les pratiques d’orientation les renforcent. Le conseil de classe entérine des vœux déjà connotés socialement », précise Séverine Landrier. Les élèves sont conscients des inégalités sociales et se montrent sensibles aux caractéristiques de l’établissement, qui souvent leur rappelle. À partir d’un certain niveau scolaire, l’orientation participe de la construction volontaire de soi et n’est plus subie. Toutefois, « à niveau scolaire égal en fin de seconde, les enfants de cadres choisissent davantage la première S, tandis que si le milieu social d’origine est plutôt défavorisé, les élèves vont avoir tendance à avoir des vœux moins ambitieux. Cette différence est également remarquable quand on compare les vœux des garçons et des filles ». En fonction du milieu social et du genre, on peut choisir d’aller dans un bon lycée et de faire un bac bien coté dans la hiérarchie des bacs. L’élève se forge une image générale de lui-même qui intègre notamment son niveau scolaire. C’est en fonction de celle-ci qu’il aborde son avenir scolaire. « L’autoévaluation de l’élève joue un rôle fondamental dans son estime de soi scolaire comme dans l’élaboration de ses vœux de poursuite d’études », explique Séverine Landrier, auteur en 2002 d’une thèse de doctorat en Sciences de l’éducation intitulée Les effets du contexte scolaire sur la réussite des élèves en classe de seconde. L’estime de soi scolaire provient pour beaucoup de l’autoévaluation et de la représentation que se font les parents et le milieu d’origine de ce qu’est un bon métier. « L’évaluation est nécessaire pour sécuriser le parcours scolaire de l’élève, mais l’autoévaluation (mêlant les influences respectives du milieu social d’origine, des établissements fréquentés, du niveau imaginaire de l’élève et de son niveau réel) et le jugement scolaire des enseignants restent ce qui structure l’élève. »

De l’instruction publique à la gestion

« L’orientation est un processus d’appariement entre la représentation de soi et les métiers », indique Marie Duru-Bellat. Si la finalité de l’éducation est l’insertion professionnelle, alors, pour favoriser au mieux la plus forte croissance, il est nécessaire de présélectionner les élèves. Dans cette optique purement économique et destructrice de l’école dans ses fondements, il faut fournir aux industries la meilleure main-d’œuvre possible. Ici, le Medef donnerait les grandes directives et les entreprises locales proposeraient les programmes en fonction de leurs besoins. « On observe toujours une ligne de clivage et un débat idéologique et politique fort entre deux conceptions de l’orientation : soit l’orientation a pour but l’insertion professionnelle au service de l’économie, soit l’éducation se donne comme priorité de transformer la société, de préparer les conditions d’existence d’une société plus juste en permettant à tous de penser la vie active à mener au sein d’une société confrontée à certains problèmes. En France, il semble que ce soit la première tendance qui l’emporte : l’orientation consiste à développer l’employabilité », remarque Jean Guichard.

L’instruction a été réduite à l’éducation, elle-même réduite à l’acquisition de compétences, tandis que l’orientation dans la complexité de l’existence a tendance à être tenue pour l’analogue de l’employabilité. Selon Gabriel Perez, « l’Éducation nationale introduit et transpose dans Parcoursup les méthodes gestionnaires pratiquées dans l’entreprise, notamment en articulant autonomie et grille de performances ». Dans les fiches Parcoursup, « l’élève doit se considérer comme l’entrepreneur de sa vie en complétant son profil, ses passions, ses activités extrascolaires, ses «talents». Ce type de profiling consiste à coloniser toutes les sphères de l’existence en vue de les soumettre à des rapports marchands ». L’essentiel est de se vendre. La marchandisation de l’existence de l’élève est renforcée avec l’évaluation par compétences. Le contenu n’importe pas, ce qui compte c’est l’adaptation. L’idée d’un savoir émancipateur est remplacée par l’acquisition de compétences qui demandent toujours plus de souplesse et d’adaptabilité. Les compétences sont standardisées et disponibles sous forme de tableaux et de cases à cocher. « Puisque beaucoup de monde a aujourd’hui un niveau de formation élevé, il faut ajouter aux skills (les compétences scolaires et techniques bien définies) les soft skills, les compétences plus floues, extrascolaires ou renvoyant aux qualités personnelles », précise Marie Duru-Bellat. Un élève capitaine de son équipe de football est forcément « responsable » et a nécessairement « le sens du collectif » comme celui de « la compétition ». « L’élève doit se raconter sous la forme du storytelling. Ce qui importe désormais, ce n’est pas le savoir ni les connaissances que l’élève a pu intérioriser mais son caractère, sa façon de se mettre en scène et de pouvoir répondre aux demandes qui lui seront faites », conclut Gabriel Perez.

Le darwinisme scolaire

« À l’entrée au lycée, on sélectionne avant d’orienter. Les meilleurs collégiens sont très fortement dirigés vers la filière S, puis ES ou L voire refusés dans ces filières en fonction de la perception des aptitudes à y réussir, reléguant au second plan les choix d’orientation des jeunes », soutient Philippe Cordazzo. La question de l’orientation scolaire se pose différemment en fonction des caractéristiques des élèves et « les temporalités de l’orientation sont très variables en fonction du niveau scolaire, ce dernier étant fortement corrélé avec l’origine sociale », analyse Séverine Landrier. Pour les élèves les plus faibles, dès la quatrième ou la troisième, il est déjà question du métier et du lycée professionnel. Pour les bons élèves de troisième, le passage en seconde générale est une formalité. « La hiérarchie des filières est ancrée dans la culture enseignante comme dans l’esprit des familles. L’orientation commence pour certains dès le collège. Pour les élèves les plus performants sur le plan scolaire, ce n’est que pendant l’année de terminale qu’ils s’interrogent sur les études supérieures et les types de métiers auxquels ils peuvent prétendre », ajoute Séverine Landrier, co-animatrice du Groupe de travail enseignement supérieur (GTES) porté par le Centre d’études et de recherche sur les qualifications (Céreq). Ajoutons à cela que si les élèves sont acceptés en classe préparatoire aux grandes écoles, alors la question de l’orientation au sens d’insertion professionnelle est encore repoussée d’autant. En fonction de l’origine sociale et du niveau scolaire, l’orientation peut commencer à 13 ans comme à 20 ans. L’inégalité est ici manifeste.

« La démographie nous apprend que plus il y a d’étudiants, plus les conditions d’études se dégradent mécaniquement. Les capacités d’encadrement diminuent et les étudiants sont mis en concurrence ; il faut se faire sa place », constate Philippe Cordazzo. La mise en concurrence existe déjà dans le secondaire avec Parcoursup. Selon Gabriel Perez, l’orientation active peut être interprétée comme une logique cynique : « Après avoir collecté toute les données de l’élève, données qu’il n’a pas lui-même choisi de rendre publiques, on peut retourner ces informations contre lui et lui dire en cas d’échec : «Ce n’est pas nous qui sélectionnons, c’est vous-même qui vous êtes sélectionné». Cette logique perverse pousse l’élève à l’autocensure et à l’incompréhension de lui-même. » Du point de vue du vécu, Parcoursup exerce une violence symbolique sur les élèves et crée des situations de fragilité et de grande précarité. Il faut se faire une place et être le meilleur. Il s’agit de rentrer dans une trajectoire et de s’y tenir.

« Fais ce que tu voudras. » Comment faire en sorte qu’à l’école la devise de l’Abbaye de Thélème ne soit pas un songe creux ? À l’école, s’orienter rime désormais avec travailler ou se rendre agile pour l’employabilité. L’orientation sélectionne et répartit les élèves. Parcoursup met les élèves en concurrence et leur refuse l’accès à l’Université. L’utopie rabelaisienne n’est possible que si tous les résidents sont des gens libres et bien éduqués. L’école n’a-t-elle pas pour seule fin de libérer l’élève en le rendant autonome ? À force de réformes, le savoir aurait-il pu perdre son rôle émancipateur ?

Joseph Capet

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.