Pourquoi avoir choisi le bonheur comme source d’inspiration de vos actions ?

Il y a toute une myriade de ressorts à l’action. Mais nous avons choisi l’aspiration la plus fondamentale qui permet de rassembler. Nous avons simplement posé comme postulat que les individus aspirent tous au bonheur et à rendre les autres heureux. Comme le vante Mathieu Ricard dans son plaidoyer de l’altruisme : 70 % des actes quotidiens peuvent être considérés comme altruistes. Sur le thème du bonheur, on peut naturellement mobiliser pour ensuite demander aux gens de proposer, de débattre et de construire. C’est une attitude plus positive que défensive.

Aujourd’hui, la Fabrique Spinoza représente un réseau de 1 000 bénévoles dans toute la France : nous montons des projets (création de maison du bonheur citoyen), organisons des événements (ateliers du bonheur), produisons des colloques (dernièrement sur l’impôt ou sur la rénovation d’un quartier). Chaque projet est le fruit d’un engagement citoyen.

En définitive, la question du bonheur et de l’altruisme permet d’accéder à la fibre citoyenne qui fait vibrer chaque personne.

Le bonheur paraît dérisoire ou du moins béat, quel est l’accueil de vos initiatives ?

Après avoir fait rire et surpris, aujourd’hui on est digne d’intérêt et on a tissé des liens étroits avec les institutions. L’École Normale Supérieure nous a invités sur le colloque dédié à la fiscalité. Nous sommes accueillis de façon de plus en plus sérieuse. Autre exemple également, nous collaborons avec l’agence internationale sur la qualité de vie au travail. D’autant que nos initiatives se caractérisent par une bonne efficience : à l’euro dépensé, l’impact sociétal est bon.

Un conseil pour les parents ?

Mes parents étaient inquiets et ne savaient pas où j’allais. Mais si j’avais un adolescent, je lui demanderais ce qu’il pourrait faire pour être plus heureux et rendre les autres heureux. Sans jamais être moralisatrice, la question s’appuie sur le ressort naturel de faire du bien et d’être altruiste. J’irais chercher ensuite un sujet pour créer une accroche auprès de mon adolescent.

Geoffroy Framery

Laisser un commentaire