La France détient le médicament anti-covid… et ne le sait guère

0
Toute la stratégie de lutte contre le coronavirus 2 se limite à la vaccination. Tous les « pontes » de la médecine l’ont seriné à longueur de plateaux télé : hors les vaccins sublimes à l’ARN messager, point de salut. Comme si un virus ne s’éradiquait pas par des médicaments !

Après avoir soigneusement disqualifié le moins cher d’entre eux, l’hydroxychloroquine associé à l’azithromycine, les autorités de santé ont mis un temps fou à reconnaître les travaux entrepris depuis des années par une biotech nantaise, Xenothera, sous la forme d’anticorps nommés XAV-19. Il a fallu la visite à Nantes du Président Macron et, quelques mois plus tard, sa commande de 30 000 premières doses pour que le médicament « miracle », alors en phase de tests, commence à exister.

Or les essais démontrent que les anticorps calibrés Sars-CoV-2 jugulent bel et bien le virus, en phase précoce comme aiguë.

Dans une France où l’Institut Pasteur s’est fait disqualifier, faut-il disqualifier aussi tout ce qui ne relève pas d’une multinationale de la santé ?

Que l’on connaisse ou pas une 4e vague à la rentrée, les magiciens des projections nous « garantissent » une quinzaine de milliers de morts de plus car le virus circule. La présidente de la start-up de Nantes, la docteur Odile Duvaux, se bat depuis plus d’un an pour que le XAV-19 français soit utilisé pour enrayer ces morts évitables. Faudra-t-il que l’opinion publique, enfin informée de l’existence du traitement qui sauve et guérit, pétitionne pour que les pharmacies des hôpitaux soient enfin approvisionnées ?

Trente mille doses commandées par l’Élysée : depuis, black-out sur leur utilisation. La CEO, Odile Duvaux, a d’ores et déjà affirmé qu’elle ne vendrait pas son brevet à l’étranger, comme l’a fait le français Valneva au Royaume-Uni. Encore faut-il que la France lui achète ce médicament 100 % français. Vite.

Olivier Magnan

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.