Il faut respecter et encourager les talents et intérêts innés des enfants car très jeunes, ils ont déjà des préférences, des aspirations et sont capables de raisonner !

L’éducation de John Locke

Si ce n’est que Locke est le fils d’un avoué devenu capitaine au service du Parlement, nous ne savons pas grand-chose de l’éducation du philosophe. Son père, apparemment sévère, estimait qu’il ne fallait pas manifester d’indulgence à l’égard des enfants, mais les tenir à distance et leur inspirer la crainte de la figure paternelle. Il lui transmet en tout cas l’amour des livres. Locke apprend le latin, le grec et la philosophie d’Aristote à l’école de Westminster où il entre à l’âge de quinze ans. S’intéressant à la médecine, il devient par la suite médecin et précepteur des fils de l’aristocratie.

Sa méthode d’éducation

Observer l’enfant

Locke recommande aux parents d’observer leurs enfants afin de voir où leurs goûts les portent. Cette étape est très importante : un enfant, aussi jeune soit-il, a déjà des talents innés et des aspirations naturelles. Il convient donc de ne pas les négliger ou les contrer. Cherchez au contraire à renforcer et à développer leurs centres d’intérêt… et ne les forcez pas à participer à des activités qu’ils n’aiment pas ! Votre enfant est sensible au beau et se plaît à esquisser des croquis sur son cahier de dessin ? Peut-être souhaite-t-il développer son talent dans un cours. Vous rêvez qu’il devienne un virtuose du piano mais il ne manifeste aucun intérêt pour cet instrument ? Renoncez !

Le surveiller

Certains enfants, remarque Locke, aiment maltraiter les animaux et tuer les insectes. Attention ! C’est une tendance qu’il faudra surveiller ! Pour le philosophe, un enfant qui prend plaisir à torturer une créature en son pouvoir risque de devenir mauvais et d’écraser pareillement ceux qui lui feront obstacle ou seront soumis à ses ordres : « L’habitude de tourmenter et de tuer des bêtes peut en effet les rendre durs et cruels à l’égard des hommes ». Apprenez donc à vos enfants à être soigneux, à ne rien détruire, mais à avoir de la tendresse pour tous les objets et toutes les créatures qui l’entourent.

L’endurcir

En bon médecin, Locke estime enfin qu’il faut renforcer et développer le système immunitaire des plus jeunes. Pour cela, il ne faut pas hésiter à les exposer à des conditions de vie difficiles. Evitez donc de les couver démesurément et de leur administrer un médicament au premier éternuement!

Les préparer à être des adultes responsables !

« La seule défense contre le monde est une connaissance approfondie de celui-ci, à laquelle un jeune gentilhomme doit être initié par étapes autant qu’il le peut, et le plus tôt est le mieux» ; « Ce plaisir à faire souffrir ne saurait être selon moi autre chose qu’une inclination acquise et étrangère à la nature, une habitude qui résulte de l’exemple et de la société »; « Nous encourageons les enfants à frapper et à rire quand ils ont fait du mal aux autres ou qu’ils voient qu’il leur en arrive »; « Tout ce qu’on leur apprend de l’histoire ne consiste qu’en récits de batailles et de massacres »; « Les habituer à être polis, dans leur langage et dans leur conduite, à l’égard de leurs inférieurs et des gens de basse condition, particulièrement à l’égard des domestiques »;« Leur apprendre à être bons, à se montrer compatissants et doux pour ceux de leurs frères qui ont été placés à un rang inférieur »  Quelques pensées sur l’éducation

Biographie

Philosophe anglais né en 1632 et mort en 1704, John Locke est un précurseur des Lumières. Reprenant et développant les idées de Francis Bacon, il est l’un des premiers représentants d’une théorie nouvelle de la connaissance, l’empirisme. De quoi s’agit-il ? C’est l’idée selon laquelle toute connaissance nous vient des sens et de l’expérience. Les travaux de Locke ont pour ambition de déterminer l’étendue de la connaissance  humaine. Mais Locke est également connu pour sa pensée politique : observateur et théoricien au service de Guillaume d’Orange, il est le père du libéralisme et de la notion d’Etat de droit.

Pour aller plus loin

  • Locke, Quelques pensées sur l’éducation, Vrin, 2007
  • Traité du gouvernement civil (2ème partie),   Garnier Flammarion, 1999

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.