Mettre un zeste d’originalité dans leurs vacances d’été. L’idée leur trottait dans la tête depuis quelque temps. Elle s’est imposée à eux en février au Salon de l’agriculture. « Nous voulions sortir d’un endroit familier pour partir tous ensemble vers l’inconnu », explique Emmanuelle. « Nous avons décidé de parcourir les Pyrénées en famille avec des ânes ! ».

L’idée prend forme

De retour dans leur ville de province, le projet, accueilli par les enfants avec un enthousiasme unanime, prend forme. Les sites Internet visités rendent la perspective encore plus savoureuse (http://www.bourricot.com ou http://www.bougresdanes.com) :  les âniers ne manquent pas d’humour… et de propositions. Des formules de  voyages plus qu’il n’en faut et pour tous les goûts. Olivier et Emmanuelle, qui ont déjà roulé leur bosse, choisissent la plus « baroud » : opération nuits sous la tente !

 

La veille du départ

Les préparatifs sont ceux d’une randonnée classique en montagne : bonnes chaussures de marche, vêtements chauds et crème solaire… À un détail près cependant : les ânes porteront leurs affaires ! Mais chacun dans la limite de trente-cinq kilos. On se passe donc du superflu : qui veut voyager loin, ménage sa monture ! « Nous n’avions toutefois pas pesé nos bagages, et comptions sur les grands, aguerris aux pérégrinations en tous genres, pour porter quelques affaires dans leur sac à dos », se rappelle Emmanuelle.

 

Ânes : mode d’emploi

Le jour du départ, nos aventuriers font connaissance avec leurs deux compagnons de route. On s’apprivoise mutuellement. Les enfants sont grisés puis tous écoutent attentivement les consignes de l’ânier : « l’âne se tire et ne se pousse jamais ! », « il marche au même rythme que son maître : trois à quatre kilomètres/heure », « il peut porter les plus petits lorsqu’ils sont fatigués », « il faut le brosser quotidiennement ». Et surtout, le cajoler car il est très friand de caresses. En revanche, nul besoin de se préoccuper de sa nourriture. Elle pousse un peu partout dans la montagne et de nombreux points d’eau lui permettent d’étancher sa soif. Il faut également se familiariser avec le matériel. Le licol permet de garder le contrôle de l’âne et  de l’attacher grâce à une longe pendant les pauses. Le bât sert à transporter les charges. Avant chaque départ, il faut prendre garde à bien équilibrer les affaires rangées dans les sacs, une balance portable est même fournie ! « Juste un coup de main qui se prend très vite » rassure Olivier.

 

Top départ !

Munie de ces recommandations, carte IGN et feuille de route en poche, la petite troupe part à l’aventure. Petit bémol inaugural cependant : le soleil n’est franchement pas au rendez-vous. Un orage éclate. La pluie et la bruine rendent le sol boueux, la visibilité mauvaise. Les ânes patinent, glissent. L’excursion prend dès le départ un tour assez inattendu. Une véritable expédition ! Mais pour Olivier et Emmanuelle, pas question d’abandonner la partie ! Ne jamais renoncer face à la difficulté, même si ce sont les vacances. Sans que rien ne soit dit chacun admire en secret la ténacité des autres. « J’ai trouvé mes parents vraiment très courageux ce jour-là », admire Victoire, quatorze ans. Les grands aident les plus jeunes dans les moments difficiles. Où la nature peu clémente incite à l’entraide et à la fraternité… Tout le monde continue son chemin avec opiniâtreté. A aucun moment le pessimisme ne gagne un centimètre de terrain. « Avoir surmonté ces premiers kilomètres éprouvants nous a donné du courage pour la suite. A chaque fois que nous sentions la fatigue arriver, nous pensions aux efforts que nous avions déjà réussi à fournir », se souvient Ombeline, dix-sept ans.

 

Une nuit au refuge

Les efforts étant toujours récompensés, un berger providentiel croise leur chemin. Il leur indique un petit refuge pour passer la nuit. « A peine plus grand qu’un compteur  EDF ! », décrit Emmanuelle, mais apprécié comme le plus luxueux des palaces ! A l’intérieur : du bois sec et des allumettes, de quoi faire sécher les vêtements trempés et de préparer un dîner chaud. Un vrai bonheur ! Et rien de mieux pour renouer avec l’essentiel. La première journée s’achève au coin du feu, le sourire aux lèvres. « Nous étions un peu perplexes mais fiers d’avoir relevé tous ensemble ce défi !» confie Emmanuelle. L’exiguïté du lieu fait se scinder en  deux le petit groupe. Les garçons s’endorment sous la tente avec Olivier, non loin des ânes qui paissent paisiblement sous la pluie fine qui continue de tomber.

 

Les liens se resserrent

Le lendemain matin leur offre un tout autre paysage. Le temps est superbe. Les capes de pluie sont pliées au fond des sacs… elles n’en sortiront plus. La randonnée prend alors son rythme de croisière. On se lève tôt pour étudier l’itinéraire et commencer la marche à la fraîche. Les ânes sont scellés et bâtés et l’on se met en route. En file indienne. On marche jusqu’à cinq heures par jour. Quand le rythme ralentit, les ânes sont de véritables carottes pour faire avancer  les plus petits ! « Ils les motivaient, s’amuse Olivier, et lorsque la marche devenait vraiment pénible, nous les installions sur leur dos ». Des haltes sont fixées en fonction de la fatigue et des endroits traversés. Des baignades sont improvisées dans les lacs. On parle, on chante, on s’occupe des ânes. « Ils sont devenus le nouveau centre de gravité de la famille », constate Olivier. « Chacun veillait au confort des animaux avant de veiller sur le sien », ajoute Emmanuelle. Les relations entre frères et soeurs se modifient. « On ne pensait plus trop à se disputer, nous voulions avant tout nous préoccuper du confort des animaux » analyse Ombeline. Une présence apaisante et fédératrice, de quoi faire rêver tous les parents de la terre !

 

Bilan d’une expérience insolite

S’ils apportent calme et sérénité au sein de la famille les ânes n’en n’oublient pas d’être facétieux. « Un matin à notre réveil ils avaient disparu. Nous sommes partis à leur recherche, ils pâturaient tranquillement à 500 mètres du bivouac », raconte Olivier. Sans eux, le voyage aurait indéniablement perdu de sa saveur ! « Si les enfants ont toujours particulièrement apprécié les vacances que nous passions tous les huit, dit Emmanuelle, la présence des ânes a vraiment donné une tonalité toute particulière à notre périple ». Ombeline acquiesce et livre son plus beau souvenir : « un âne a entrepris de gravir un petit col. Maman et moi l’avons suivi. Pendant qu’il broutait, nous nous sommes allongées l’une à côté de l’autre, les jambes en Espagne, le reste du corps en France ». Une échappée belle.

 

Article réalisé par Elisabeth Caillemer du Ferrage

 

Laisser un commentaire