Les 4 scénarios, de l’adieu virus à l’apocalypse

0

Le Comité scientifique du Président éclaire ses choix et ses anticipations de façon remarquable !

Olivier Magnan, rédacteur en chef

Je serais le président de la République, bien décidé à m’appuyer sur des avis scientifiques délivrés par un aréopage de savant.es, je serais pour le moins perplexe à la lecture de leurs recommandations.

Car quoi ? Je demande au professeur Delfraissy et à ses acolytes – huit hommes et deux femmes – de « préparer et d’anticiper les mesures à mettre en place » afin « d’éviter une reprise brutale de l’épidémie nécessitant un nouveau confinement. » Voilà ces bonnes âmes qui opinent en préface de leur septième avis « qu’un nouveau confinement généralisé n’est pas souhaitable ni probablement acceptable considérant les enjeux sanitaires, sociaux et économiques. Il est donc essentiel de tout faire pour éviter une telle situation d’échec ». Non ? Croyez-vous ? Vraiment ? En tout cas, merci, je n’avais pas pensé qu’un reconfinement serait catastrophique. Alors quel scénario me suggérez-vous pour l’éviter, en phase 3 ? Et me voilà dans la tête d’Emmanuel Macron plongé dans l’avis des médecins. En substance :

  • Le scénario le plus favorable, soit une épidémie sous contrôle : « L’épidémie est sous contrôle en raison de la stabilisation des marqueurs, un nombre limité de clusters à criticité faible car contrôlés » et des indicateurs (passages aux urgences, nouveaux patients hospitalisés, taux de test positif inférieur à environ 2-3 %). Certes, le virus toujours présent exige le maintien de mesures barrières.

Eh bien, nous y sommes, parfait, le plan se déroule et je libéralise comme prévu au 22 juin. Et je garde Édouard Philippe.

Ah mais que vois-je, « mes » scientifiques en rajoutent…

  • Un deuxième scénario en cas d’apparition « de clusters critiques » : il faudra alors des « mesures strictes, précoces et localisées ». Donc une stratégie massive de « tester, tracer, isoler ». Un scénario « probable dans les semaines qui viennent compte tenu de ce qui a été constaté en Allemagne et dans certains pays d’Asie ». Bien, donc je prévois les tests et j’exige que StopCovid soit téléchargé sur tous les smartphones, avec ou sans l’accord des gens.

Mince, que lis-je ? Un troisième scénario :

  • Celui d’« une reprise diffuse et à bas bruit de l’épidémie ». « Les indicateurs se dégraderaient sans que les chaînes de contamination puissent être identifiées ni a fortiori contrôlées ». Diable, que faire ? « Geler les déplacements ferroviaires interrégionaux ». Jean-Pierre Farandou va me tomber sur le dos…

Ne me dites pas que mes scientifiques adorés m’ont pondu une quatrième possibilité ? Si, ils ont osé !

  • « L’épidémie atteint un stade critique » : le scénario 3 n’a pas été enrayé. « Les autorités doivent décider si elles souhaitent instaurer un deuxième confinement pour éviter le débordement des services de réanimation. » Moi, souhaiter un reconfinement ? Me voilà revenu à la case départ, au deux sens du terme : je n’ai plus qu’à démissionner, après avoir remplacé le Premier ministre par François Hollande.

Mais voyons… Si je comprends bien, je demande à des experts de me débroussailler le terrain. De m’éclairer sur le parcours à tenir. Et je me retrouve avec toutes les possibilités ! La belle affaire ! Ah, c’est sûr, dans tous les cas de figure, mes 10 experts sont couvert.es : « On vous l’avait dit, c’était le scénario 4, on l’avait prévu… »

Avec des prospectivistes pareils, me voilà bien avancé. Allez, ouste, retournez dans vos hôpitaux, j’appelle Raoult. Lui au moins s’en tient au scénario 0 : l’épidémie est une affaire classée. Ça, ça me plaît bien…

Olivier Magnan, rédacteur en chef

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.