Une rentrée pas comme les autres

0
Les écoles de la République, après avoir été les premières à fermer sous l’attaque du coronavirus-2, après avoir été les fers de lance du confinement, sont restées actives tout au long de l’été 2020. La rentrée de septembre va s’adapter à la réalité de l’épidémie. Repères pour parents déboussolés.

Tous les élèves rentreront et seront accueillis sur le temps scolaire. Dans le respect des règles sanitaires essentielles : gestes barrières, hygiène des mains, port du masque pour les adultes et les élèves de plus de 11 ans, lorsque les règles de distanciation sont impraticables, dans les espaces clos ainsi que dans les transports scolaires, nettoyage et aération des locaux.

Dans la mesure du possible, le déplacement des professeur.es est privilégié par rapport au déplacement des élèves.

Les personnels de santé sont pleinement mobilisés à l’appui de cette politique sanitaire.

Dans l’hypothèse où la situation sanitaire exigerait des mesures plus strictes, un plan de continuité pédagogique sera mis en place pour assurer l’enseignement à distance, consultable en ligne : https://eduscol.education.fr/cid152893/rentree-scolaire-2020-plan-de-continuite.html

La logique de cycles (cycles 1, 2, 3) sera adaptée avec la souplesse nécessaire pour atteindre l’objectif de consolidation des apprentissages. Les cycles ne seront plus interprétés comme des entités fonctionnellement étanches. Leur maillage tiendra compte des besoins et des parcours individuels, avec le souci de l’information constante des familles et de leur étroite association au travail réalisé par les élèves. « Durant la crise sanitaire, l’investissement des parents dans l’enseignement à distance a été essentiel à sa réussite. Ce lien nouveau créé avec les familles doit être approfondi en partageant plus encore avec elles les objectifs pédagogiques et éducatifs poursuivis par l’École. » Des parents qui consulteront avec profit La mallette des parents, un site-conseil de l’ÉN : https://mallettedesparents.education.gouv.fr/

Les évaluations nationales immédiates dès la rentrée

Les évaluations nationales Repères sont prévues et organisées dès les premiers jours de la rentrée scolaire. Pour le Cours préparatoire et le CE1, pour tous les élèves, du 14 septembre au 2 octobre.

Les évaluations nationales des 6e auront lieu dès le 14 septembre. Elles s’approfondissent en termes d’identification des besoins des élèves et elles offriront des résultats plus précis pour faciliter l’action des équipes éducatives et le dialogue avec les familles. Les mathématiques seront testées, notamment la compréhension et la résolution de problèmes. En français, on insistera sur la compréhension de textes mais aussi sur la fluence en lecture.

Ce sont autant d’outils de positionnement qui seront disponibles du CP à la 3e. Avec le souci de s’assurer que tous les élèves maîtrisent bien les compétences essentielles de l’année précédente. Les éventuels écarts constatés devraient être comblés entre la rentrée et les vacances de la Toussaint.

Pour réduire les inégalités, les apprentissages sont concentrés sur les connaissances réputées acquises dans le cadre d’une scolarité ordinaire et nécessaires pour commencer l’année dans de bonnes conditions. C’est pourquoi, à l’école primaire comme au collège, pour chacun des niveaux d’enseignement, des objectifs pédagogiques prioritaires sont identifiés et mis à disposition des équipes pédagogiques. https://eduscol.education.fr/cid152895/rentree-2020-priorites-et-positionnement.html

Un enseignement personnalisé se dégage forcément de ces évaluations nationales très précoces : l’enseignement en sortira sera renforcé en termes de pertinence cette année.

Les dispositifs de renforcement

Plus de 1,5 million d’heures supplémentaires sont dédiées au renforcement de la personnalisation des apprentissages, par exemple l’ensemble des moyens de remplacement non utilisés y seront affectés. Les AED (Accompagnement éducatif à domicile, ou assistants d’éducation ASE) en préprofessionnalisation, pour les métiers de l’enseignement, et tous les partenaires de l’École dans le cadre de Devoirs faits seront mobilisés, entre septembre et décembre pour asseoir cet accompagnement et ce renforcement précoces des apprentissages. Pour tous les niveaux… avec une priorité pour les classes charnières, telles que le cours préparatoire, la sixième et la seconde. Les outils numériques seront utilisés tant dans le cadre de l’aide personnalisée que de l’aide aux devoirs ainsi que dans le cadre des Stages de réussite.

À l’école primaire. Les heures d’activités pédagogiques complémentaires (APC) destinées aux élèves qui maîtrisent le moins les compétences de l’année précédente prendront cette année la forme de « groupes de besoins », multiniveaux, avec des prises en charge à très petit effectif ou sous forme d’heures d’APC plus nombreuses.

La fluence sera particulièrement entraînée en 6e de collège, dernière année du cycle 3, aboutissement des apprentissages de l’école primaire.

Ces dispositifs d’appui sont complétés, du CP au lycée, par le renforcement des « stages de réussite » aux vacances d’été, d’automne et de printemps.

Au collège. Le dispositif Devoirs faits est renforcé. Les heures, positionnées dans l’emploi du temps, sont proposées aux élèves dès la première semaine de septembre, dans le double objectif d’offrir à tous les volontaires un service d’accompagnement aux devoirs et d’aider les élèves en difficulté. Il s’agit de proposer trois heures d’accompagnement aux devoirs par semaine pour chaque élève (quatre heures pour chaque élève de 6e sur la période septembre-décembre).

• Au lycée. École, collège ou lycée, la mobilisation est la même. L’effort d’accompagnement est notamment porté sur les élèves entrant en classe de seconde et en première année de CAP. Avec des horaires d’accompagnement augmentés, jusqu’en décembre 2020. Prévenir le décrochage, au moment du saut collège-lycée, sera un objectif prioritaire pour les collégien.nes qui rejoignent un lycée ou un centre de formation d’apprentis (CFA). Aucun jeune ne doit rester sans affectation. Les familles seront mobilisées en s’appuyant sur tous les moyens alloués aux missions de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS) ainsi que sur les « plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs ». Rappelons l’obligation de formation jusqu’à 18 ans : elle implique un suivi attentif des jeunes concernés, en lien avec les missions locales.

L’organisation des classes et les renforts pédagogiques

• Accroissement du taux d’encadrement. Il sera supérieur à celui de la rentrée précédente, dans le premier degré. Les classes de grande section de maternelle, de CP et de CE1, seront limitées à 24 élèves dès la rentrée scolaire 2020. En zone rurale, aucune classe n’aura été fermée sans l’accord du maire.

En zone d’éducation prioritaire, les CP et les CE1 sont allégés, avec en général 12 élèves par classe. Les classes de grande section (GS) s’allègent elles aussi progressivement, pour s’aligner sur les CP et les CE1 à la rentrée 2021.

• Les maîtres de classes maternelles en partenariat de formation Petite Enfance. Un nouveau parcours, M@gistère, fixe la formation des enseignants de maternelle en partenariat avec l’Institut petite enfance de Boris Cyrulnik. « Enseigner à l’école maternelle : développer un cadre sécurisant pour mieux apprendre » répond aux objectifs fixés par la loi nommée Pour une École de la confiance. Dès la petite section (PS), puisque l’obligation d’instruction est fixée désormais à 3 ans.

• Partenariat de l’EN avec France 4. Des ressources de qualité, exploitables dans le cadre des classes, sont mises à disposition, soit 750 cours réalisés en partenariat avec France 4 :

https://lumni.fr

La Circulaire de rentrée 2020 intronise ce partenariat. Elle met aussi l’accent officiel sur les apports du Conseil scientifique de l’Éducation nationale. Cette entité met à la disposition de la communauté éducative le meilleur de la recherche et de la pédagogie sur les apprentissages des savoirs fondamentaux. Ainsi que les apports du réseau Canopé, notamment pour les formations au numérique.

• L’éloquence est privilégiée. La maîtrise de l’expression orale est indispensable. Les enfants de 3e, par l’intermédiaire de 1 000 collèges, y seront entraînés cette année contre 350 l’an passé.

La maîtrise de l’expression orale est une compétence indispensable pour la réussite de la vie professionnelle et personnelle. C’est pourquoi la pratique de l’oral est encouragée. L’institution d’une demi-heure d’éloquence en 3e a bénéficié à 365 collèges cette année. L’année prochaine, l’expérimentation est étendue, avec une cible de 1 000 collèges.

L’école s’adapte au handicap

L’objectif de la rentrée sur la base fixée lors de la Conférence nationale du handicap, édictée par le président de la République est : aucun enfant handicapé ne doit se trouver sans solution. 8 000 postes supplémentaires d’AESH – Accompagnant d’élèves en situation de handicap – sont créés pour l’année prochaine. Un guide de ressources humaines précise le cadre et les conditions d’emploi de ces agents : www.education.gouv.fr/devenir-accompagnant-des-eleves-en-situation-de-handicap-12188. Une politique de pré-affectation des AESH est encouragée afin que la rentrée soit également réussie, car anticipée pour les enfants en situation de handicap. Les pôles inclusifs d’accompagnement localisé (Pial), veillent à harmoniser les aides en relation resserrée avec les institutions médico-sociales et avec des moyens nouveaux plus importants.

Pour les familles, la rentrée 2020 se traduit par la mise en œuvre d’un numéro vert, national et unique (0805 805 110) : on y reçoit une écoute, une information et un accompagnement.

Journée du Non au harcèlement, le 5 novembre 2020

Tout membre de la communauté éducative concourt à rendre effectif le principe d’égalité, avec une vigilance accrue contre les fractures qui se font jour dans la société. La lutte contre le harcèlement est une priorité de l’École. En 2019-2020, 10 000 collégien.nes ambassadeur.drisses se sont impliqué.es. La 7e édition du concours Non au harcèlement (NAH) a vu la participation de 46 000 élèves. Le 5 novembre 2020 sera la nouvelle Journée NAH. Outre les numéros nationaux (le 3020 et, pour le cyberharcèlement, le 0800 200 000), les académies et circonscriptions sont désormais dotées de référents harcèlement, avec des cellules d’intervention experte.

La promotion du développement durable, enjeu majeur de l’École, s’accentue. Deux axes la guide : « connaître » et « agir ». En 2019-2020, l’élection des écodélégués au collège et au lycée a mobilisé les jeunes pour la protection de l’environnement, autour de projets concrets. Élan remarquable qui sera amplifié cette année : l’élection des écodélégués est rendue obligatoire dans toutes les classes de collège et de lycée, et encouragée en CM1 et en CM2 : https://eduscol.education.fr/cid145107/les-eco-delegues.html

Des interventions Rased massées dès la rentrée

Les personnels ressources de chaque circonscription, les Rased (Réseaux d’aide aux élèves en difficulté) voient leurs missions spécifiques se réorganiser pour cette rentrée pas comme les autres ! Les inspecteurs de l’Éducation nationale (IEN) de circonscription ont, pour nombre d’entre eux.elles, avant la fin des classes, en juillet 2020, orienté les axes prioritaires d’intervention de ces maîtres spécialisés Rased. Le dispositif inédit constitue la réponse la plus adaptée possible à la réalité dessinée par la crise de covid-19. Les évaluations de GS de maternelle en 2019-2020 ont servi de base à la détermination des actions (ciblage) en fonction des faiblesses relevées, pour une entrée sécurisée en CP. Les élèves qui alignent plus de trois « items échoués » aux évaluations sont repérés et ces critères sont transmis à l’élémentaire. Les axes prioritaires sont fixés : ici, phonologie, là une faiblesse dans le repérage des quantités, ici, les écritures approchées… Même si plusieurs modèles d’intervention se font jour à la rentrée selon les spécificités de chaque bassin d’apprentissage, dédier tous les moyens Rased sur les CP et les CE1 apparaît, pour bien des professionnels concernés, comme une nécessité. C’est l’axe le plus pertinent à engager au regard de ces longues semaines de confinement passées. Des dispositifs ambitieux envisagent de masser les aides sur les CP et sur les CE1 notamment allégés en Réseau d’éducation prioritaire (REP). Tous les moyens Rased sont mobilisés quotidiennement en co-intervention sur les classes de CP/CE1, avec des interventions ciblées uniquement sur l’apprentissage du code. Avec des horaires d’intervention calés au millimètre avec les enseignants des classes concernées. Les maîtres spécialisés interviennent dès septembre et tous les jours à la même heure. Pour systématiser les routines de l’encodage et du décodage, le nom des lettres, les phonèmes simples. Le temps d’intervention quotidien en CP par exemple serait de 30 minutes, ritualisées, 15 minutes encodage, 15 minutes décodage : un programme intensif, précis et des objectifs clairs. Les maîtres spécialisés repèrent, avec les enseignants de classe, au vu des conclusions des évaluations antérieures, et en fonction du contexte de la classe, les profils d’élèves vers lesquels il faut aller porter l’aide en priorité.

Jamais rentrée scolaire n’aura été autant attendue, désirée ni, disons-le, aussi bien préparée.

Une rentrée vraiment pas comme les autres au sein d’une école qui n’a au final jamais fermé ses portes.

Catherine dunezat, psychologue clinicienne

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.