Petits conseils pour optimiser la quinzaine à l’étranger…

0

Parents avertis, enfants aux mines réjouies ?

Les séjours de courte durée sont l’occasion d’une immersion souvent ludique dans une autre culture. Comment bien le préparer pour faire fructifier le séjour ? Les professionnels du secteur vous prodiguent quelques conseils.

Soyez sûrs de la formule que vous choisissez

Dans un premier temps, assurez-vous que la prestation voulue respecte rigoureusement votre budget. Si le choix du type de séjour se réalise conjointement avec l’assentiment de votre enfant, rien ne vous empêche aussi de vérifier rapidement si le prestataire par lequel vous passez est membre d’une union telle que l’Office ou de l’UNOSEL ou de l’Office. Nombre d’organismes se fédèrent autour de ces bannières qui symbolisent une garantie sur la qualité et la sécurité de la prestation tout comme le respect de la brochure dans la réalité en termes d’assurances, d’acheminement et d’encadrement. Pour la catégorie des séjours en famille, certains organismes permettent de rentrer en contact avec la famille dès avant le départ. « Notre grosse différence en matière de séjours réside dans le fait que les parents choisissent la famille et les profils sont accessibles sur notre site. Il suffit de cliquer sur la page de la famille pour connaître la maison, les activités proposées, etc. Tout est choisi : Les enfants savent exactement où ils vont », explique Fiona Lacquement, fondatrice et directrice d’English For Success. Un gros plus au moment de préparer son voyage y compris en matière de compétences linguistiques pour optimiser le séjour.

Choisissez le mode d’apprentissage

En terre étrangère, votre enfant devra s’acclimater. Passé cette phase d’adaptation, votre enfant ou adolescent doit se plier à un rythme qui lui sera neuf avec une cadence journalière qui, si respectée lui permettra de gagner en autonomie. Car chaque geste quotidien est synonyme d’un effort linguistique : demander ce que l’on veut à chaque repas, exprimer ses besoins pendant chaque activité, participer activement aux cours,  « Le séjour linguistique s’intègre au processus global d’apprentissage de la langue mais revêt une dimension très concrète. Pour éviter que les enfants ne se « noient » dans ce bain linguistique, nous conseillons parfois aux parents d’inviter leurs enfants à regarder leurs séries favorites en VO et de se familiariser avec quelques réflexes linguistiques, du vocabulaire, en particulier si les enfants sont envoyés en famille… Toutefois, il faut rappeler que nos séjours s’adressent aussi à ceux qui partent pour la première fois… », précise Ghislaine Couronne, directrice marketing et commerciale pour le groupe Go&Live parmi lequel nous retrouvons Nacel, CLC, Keep School, etc.

Sélectionnez les bons cours

Avant le départ de votre enfant, n’hésitez pas à lui expliquer les règles du jeu en matière d’apprentissage de la langue. Selon l’organisme, la formule d’apprentissage varie. En One to One, en groupe, en alternance avec les autres activités, toute la journée. Tout dépend du type de séjour. Mais quoi qu’il en soit, chaque formule propose un input et un output qui peuvent dérouter les enfants qui n’ont pas l’habitude de fonctionner selon ses critères en France en  raison du système sommatif à l’œuvre. Autrement dit, il s’agira d’évaluer les compétences à l’arrivée et au départ. Vos enfants ont de grosses lacunes ? Pas d’inquiétudes, ils seront répartis dans des groupes homogènes pour être mis en confiance. De même pour les plus forts. Il importe aussi de savoir que les progrès seront mesurés à l’aune du test d’entrée et non en fonction du prétendu niveau de votre enfant selon son âge et le cycle dans lequel il se trouve en France. Rassurez-vous également, chers parents. Si l’erreur est humaine et que le diagnostic n’est pas bon, un changement de niveau est toujours possible y compris dans les séjours courts. Tout est réalisé pour faire progresser votre enfant. Mais prodiguer des explications en amont semble être de bon aloi.

Casser les préjugés

Votre enfant va manger tôt le soir et léger le midi en Grande Bretagne. Aux États-Unis, il est également courant de se servir directement dans le réfrigérateur lorsque survient la fringale tout comme l’on accorde plus d’importance aux activités périscolaires sportives au regard de ce qui se passe en France… Une chose est sûre.  Même si les cultures (celle de vos enfants et celle de la famille ou du centre), ne semblent pas en apparences antagonistes ; dans tous les cas, vos chères têtes blondes seront déroutées si elles n’ont pas l’habitude de changer leur manière de vivre. « Nous conseillons aux familles d’expliquer les changements culturels dans lesquels vont évoluer les participants. Souvent les enfants arrivent avec beaucoup de préjugés. Les parents peuvent donc expliquer à leurs enfants que la différence peut être vécue avant tout comme une richesse », conclut Ghislaine Couronne. Enfin sachez que certains prestataires sont un peu plus en avance pour faire capitaliser vos enfants sur leur futur séjour court. Des organismes tels que CLC et Nacel ont développé leur plateforme en interne d’e-learning accessible dès l’inscription de votre enfant au séjour. Un petit plus qui permet à votre progéniture de se sentir vite à l’aise.

Geoffroy Framery

Laisser un commentaire