Horizons lointains : Comment dépayser, cultiver, divertir en toute sécurité ?

0

Si les 12-14 ans partent essentiellement en Europe, les 15-17 ans, qui ont pris le pli de ces voyages linguistiques, ont souvent soif de lointain et d’exotique. « Nous avons beaucoup de jeunes que nous suivons chaque été pendant 4-5 années. Les destinations lointaines, c’est la suite logique après un ou deux séjours. Le succès des premiers séjours donne le goût de l’aventure aux adolescents alors plus en confiance pour partir au lointain », explique Alexandre Deltour, responsable France d’ECI. Une aubaine pour les prestataires et organismes de séjours qui revisitent les grands classiques tout en proposant une offre de plus en plus atypique. Focus

L’engouement se confirme pour l’Océanie

« Au départ de la plupart de ces destinations, on retrouve des gens motivés. Il existe un vrai engouement pour l’Océanie, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, même si cela reste une niche qui représente 10 % de nos départs », note Michel Rilhac, directeur Kaplan International Paris. Aussi Kaplan a-t-il développé des produits tout à fait originaux comme son offre «demi-pair» au pays des kangourous. Entendez dans la formule que votre enfant peut décider d’être au pair à raison de 15 heures par semaine en contrepartie du loyer. Une formule qui se déroule à Pearse et qui permet de réellement s’immerger dans ce pays vaste comme un continent. Soulignons surtout que la Nouvelle-Zélande est en odeur de sainteté pour la qualité de ses paysages et de l’économie touristique qui s’est mise en place. Les offres de séjours linguistiques présentent surtout un format riche en escapades en lien avec le sport et la nature. Le tourisme néo-zélandais peut ainsi remercier les premiers fans du Seigneur des Anneaux qui ont participé à la démocratisation des terres lointaines.

Les grands classiques revisités

Vous vous en doutez. Les Etats-Unis, restent la destination phare, le cœur du réacteur des séjours aux destinations lointaines. Nombreux sont les organismes à proposer une offre outre-Atlantique. La plupart d’ailleurs des membres de l’Office et l’Unosel, tout comme les EF et ESL, proposent des offres soit aux Etats-Unis, soit au Canada, soit dans les deux pays. En termes de volume de séjours, les destinations océaniques sont juste derrière le continent nord- américain même si les départs hors Europe sont largement prédominants vers les Etats-Unis. Suivent dans l’ordre décroissant l’Asie (essentiellement la Chine et le Japon), l’Amérique Latine (Argentine, Brésil et Mexique surtout) et enfin l’Afrique où les séjours se concentrent principalement en Afrique du Sud.

Sur le sujet des Etats-Unis, ECI dispose une d’une expertise de 47 ans sur les séjours immersifs notamment aux «States». Alexandre Deltour circonscrit : « Nous couvrons de nombreux territoires, la côte Est, Ouest, la Floride et le Middle West. Nos séjours se déroulent essentiellement en familles d’accueil bénévoles et volontaires et concernent les 14-17 ans, même si certaines destinations peuvent se réaliser sur un campus étudiant. Cela dit, ces jeunes seront accompagnés depuis la France jusqu’à la fin du séjour par des référents français. »

Chez Kaplan, certains produits se distinguent de la masse des séjours à Big Apple. « Nous proposons un séjour unique où l’école se situe au 63e étage de l’Empire State Building. Un programme d’année d’étude est également réalisable chez nous. Il s’intitule Best of America et se dédie à la découverte de la civilisation : sa musique, au jazz, au blues, au rap… à sa culture gastronomique. » Chaque après-midi en semaine est en outre l’occasion d’un module pour retirer nos ornières de vieux Européens. D’autres perles existent aussi sur le Nouveau Monde, comme en attestent les séjours sportifs et linguistiques de Vancouver proposés par Kaplan. N’hésitez pas à vous documenter pour concilier originalité et la volonté chez vos enfants de partir Outre-Atlantique. Autre exemple, les séjours Nacel qui mêlent sciences à la sauce américaine et vie de campus américain.

L’exotisme en toute sécurité

Alain Bertholet, directeur Belgique Langues vivantes avance : « D’autres destinations sont fortement mises en avant. En Asie, la Corée du Sud et le Japon sont plébiscités mais de nouvelles destinations sont de plus en plus demandées à l’image des Philippines. Ce sont des destinations ensoleillées avec un coût de la vie particulièrement intéressant. » Et pour les parents potentiellement contrariés d’envoyer leur enfant dans ces pays moins connus, rappelons que les organismes de séjours ne font qu’approfondir des relations partenariales dans le cadre de charte de qualité. « Nous collaborons avec ces écoles depuis des années. Ce sont des partenaires avec qui nous travaillons en parfaite connaissance de cause. L’argument qui fait toujours mouche auprès des parents, c’est celui d’être membre de l’Office, garantie d’une qualité en termes de prestations et de prise en charge », renchérit Alain Bertholet dont l’organisme belge est le seul de son pays à y être répertorié.

Geoffroy Framery

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.