Goûter équilibré : évitez la frustration

0

Le moment du goûter est souvent l’occasion pour les enfants de réclamer toutes sortes d’aliments qui ne sont généralement pas très bons pour leur santé. Gâteaux industriels, jus de fruits ou bonbons sont à éviter. Mais ces contraintes ne riment pas forcément avec frustration. Voici quelques pistes pour un goûter idéal, qui plaise aux enfants et qui soit bon pour leur santé.

Un complément nutritionnel

Tout d’abord, il faut savoir que le goûter n’est pas un encas uniquement basé sur la gourmandise. Il est important pour le développement du corps de l’enfant. En effet, il permet de compléter les apports nutritionnels vite et beaucoup dépensés durant la période de croissance. Les enfants ont alors des besoins nutritionnels importants pour compenser cette dépense. Il s’agit d’une part d’apporter des compléments pour l’équilibre alimentaire journalier, et d’autre part sur le plan énergétique. Notez que le goûter représente 15 % des apports nutritionnels quotidien de l’enfant. Certaines marques comme Matilia proposent des smoothies riches en calcium, vitamine C et D, Fer ou Fibres. D’autre part, le goûter, tout comme la collation de 10h, sert à réguler la faim et l’absorption de nourriture pour éviter que l’enfant ne mange en trop grandes quantités pendant le dîner. Vous éviterez ainsi à vos enfants des troubles du sommeil et une potentielle perte d’appétit pour le petit-déjeuner du lendemain.

En optant pour le goûter et non pour le grignotage, le corps de l’enfant prend un rythme alimentaire qui lui permet de se concentrer sur le reste de sa journée sans avoir faim à chaque instant. Les calories sont également mieux réparties dans la journée, ce qui réduit les risques de prise de poids.

Un moment à partager

Ensuite, le goûter ne correspond pas à un vrai repas. Cet encas nomade est associé à la sortie de l’école, il agit de façon transitoire entre l’école et la maison. Pour l’enfant, ce moment doit être un moment de partage où il peut raconter sa journée, rire et discuter avec ses parents et frères et sœurs. Il doit être mis à profit pour l’équilibre mental de l’enfant en plus de l’équilibre alimentaire. Comme pour chaque repas, il est important de prendre le temps de manger : la sensation de satiété n’apparaît qu’après un repas de 20 minutes. Prenez donc le temps de bavarder tout en goûtant.

Où, quand, comment ?

La prise d’un goûter n’est plus nécessaire dès la fin de la croissance. Celle-ci correspond généralement à la fin de l’adolescence, soit environ 16-18 ans. Cependant il n’y a pas d’âge précis indiquant la fin de la croissance car cela dépend de chaque individu.

Concernant l’heure du goûter, il n’y en a pas de précise, vous pouvez vous fier à l’envie de votre enfant. La plupart du temps, un goûter s’avère utile vers 16 ou 17h. Attention, un seul goûter par après-midi suffit amplement. Si l’enfant en demande un second un peu plus tard, il vaut mieux avancer l’heure du dîner.

À l’heure du goûter, les enfants ont souvent envie d’aliment sucrés. Malheureusement, ce n’est pas ce qui convient le mieux au corps. Afin de ne pas les frustrer, habituez-les tôt à ce ne pas manger trop de gâteaux industriels. Vous pouvez aussi leur laisser le choix d’un ou deux aliments parmi ces groupes : fruits, produits laitiers (natures ou aromatisés), produits céréaliers. Attention cependant à éviter les jus de fruits qui sont, depuis 2017, classés dans la catégorie des produits sucrés. Pour les produits céréaliers, préférer le pain (de tous types) aux céréales et viennoiseries qui sont sucrés. En conclusion, il est préférable de donner au goûter des produits non transformés et donc sans ou avec très peu de sucres ajoutés. Du pain et du chocolat sont tout aussi gourmands qu’une viennoiserie mais bien meilleurs pour la santé. Bien évidemment, les biscuits industriels ne sont pas à bannir de vos placards, car un de temps en temps n’aura pas de mauvaise influence, mais contentez-vous de ne pas les proposer tant que l’enfant n’y pense pas.

N’oubliez pas d’associer un ou plusieurs verres d’eau à cette collation. Ici aussi, gare au sucre. Si l’enfant consomme des jus de fruits ou des sirops, veillez à ce que cela soit de manière modérée.

Petite astuce

Pour rendre plus attrayants les composants du goûter équilibré, n’hésitez pas à préparer cet encas en famille, à rendre sa préparation ludique en réalisant de belles assiettes ou un préparant votre propre pain. Vous pouvez également préparer vous-même vos préparations et utiliser des gourdes réutilisables telles que celles proposées par Squiz.

Aude Charbonnier

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.