Nous sommes fous, parents, de nous en remettre à l’école pour élever nos enfants.

Tout ce qu’il y a d’important n’y est pas enseigné. Après l’école, il nous faut prendre beaucoup de temps pour leur transmettre ce qui est vraiment essentiel. Savoir changer de point de vue sur ses propres certitudes est fondamental et on ne l’enseigne pas à l’école. Au mieux, on vous fait lire des textes qui préconisent la chose. Apprendre à changer ses certitudes en interrogations, avoir une morale amoureuse, apprendre à rire d’à peu près tout est essentiel.

À l’école, on ne nous apprend pas à jouer.

Au contraire, on nous désapprend au moyen de concepts, de certitudes, de postures… On n’apprend pas non plus à cultiver la part d’enfance qu’il y a en nous. L’école est même un lieu assez bien organisé pour la perdre. On ne nous enseigne pas l’imprudence. En somme, on n’apprend rien de ce qui fait qu’un être est vivant plutôt qu’éteint. Lorsqu’on parle des programmes, on oublie toujours l’essentiel : nos enfants sortiront-ils vivants ou éteints de l’école ? En fera-t-elle de grands amants ou des contributeurs dociles ?

En collant notre enfant à l’école le matin et en le récupérant le soir, on a le sentiment que l’essentiel est fait.

Or, ce n’est pas le cas. Nous devons prendre le temps de leur enseigner nous-mêmes à rendre possibles les choses impossibles. Ce n’est pas à l’école qu’ils apprendront à voir les problèmes comme des ressources. Ce n’est pas l’école qui leur apprendra à voir le quotidien comme une opportunité pour rendre son amour fou plutôt que pour l’éteindre. On n’y apprend pas à parler de soi, alors que c’est la chose la plus importante dans un couple. Dire ce dont on a besoin, éclaircir ses envies, etc. Je passe un temps fou à enseigner cela à mes enfants.

Est-ce à l’école d’enseigner tout cela à nos enfants ? Pas nécessairement…

Mais il est incroyable de sortir du bac sans savoir écrire de grandes déclarations d’amour. Cela fait partie des outils dont on a besoin dans la vie. Nous avons tous tendance à penser que l’école fait son travail et qu’il ne nous reste rien à faire. N’oublions pas que, puisque l’essentiel ne s’enseigne pas à l’école, le véritable travail des parents commence à 17 heures… lorsque la « garderie » est terminée. Lorsqu’on a commis la douce folie de faire des enfants, il nous revient de les rendre vivants !

Propos recueillis par Florence PERCEVAUT

Laisser un commentaire