Partir une année

0

So far away ?

Les séjours longue durée ? Moins recherchés, plus inquiétants, mais ô combien plus riches.

Votre enfant est-il prêt pour le grand plongeon ? Les séjours longue durée sont une immersion totale. Le mal du pays, le manque d’intégration sociale ou des résistances quant à la culture sont autant de risques courus par ceux qui ont décidé de voyager durablement.

Loin d’être une mince affaire, ce type de séjour se caractérise par une immersion linguistique mêlée avec une expérience scolaire voire professionnelle dans le pays choisi. Ils exigent de la part des organismes et prestataires organisateurs un suivi particulier dans la durée et des programmes suffisamment attractifs pour attirer un maximum de profils.

Une expérience riche mais nécessitant une vraie réflexion

Si tout se passe comme prévu, un séjour linguistique prolongé à l’étranger permettra à vos enfants de développer des savoir-être et un regard multi-culturel. Savoir-être que ne permettent pas les autres types de séjour. Et surtout, cette année peut être valorisée sur le CV à un âge où ces derniers sont souvent vierges d’expériences professionnelles significatives.

Coté « soft skills », le séjour longue durée améliore ou crée la capacité à bouger plus tard pendant les études et la vie professionnelle. Avec ESL-Séjours linguistiques par exemple, le programme Gap Year s’adapte entièrement aux priorités, aux objectifs et aux envies de chaque enfant. Ailleurs, Kaplan propose des formules au semestre ou à l’année. Ce type de programmes certifiés permet généralement d’atteindre un niveau d’anglais courant, en classe comme dans la vie quotidienne, tout en laissant assez de temps libre à l’enfant pour découvrir véritablement le pays. Suivre un programme dans le cadre d’une année sabbatique à l’étranger de 5, 6 ou 9 mois avec StudyGlobal se réalise via les partenariats tissés avec ses écoles partenaires qui proposent des séjours linguistiques de longue durée aux étudiants qui souhaitent apprendre et/ou perfectionner leur maîtrise des langues, améliorer leurs compétences académiques et développer leurs opportunités de carrière.

Qu’importe-la destination tant qu’il y a les amis

Sarah Souini, responsable d’agence à Paris pour PIE, spécialiste du séjour longue durée témoigne : « Nous concernant, les longs séjours sont notre programme phare avec nos 35 ans d’expérience sur le séjour scolaire de longue durée. Ainsi, envoyons-nous de jeunes lycéens français pour dix mois, soit une année scolaire, dans des familles d’accueil du pays d’hôte. Le choix des familles s’effectue via nos partenaires ». Dans cette association, c’est l’adolescent qui constitue le dossier avec ses parents. Ce dernier inclut une lettre de présentation dirigée à sa potentielle famille, ses résultats scolaires, ses attentes. « Ensuite nous rencontrons l’ado pour faire un entretien de motivation et jauger son ouverture d’esprit. Nos partenaires adressent ensuite les dossiers aux familles selon les desiderata exprimés par le jeune. Ce sont les familles qui choisissent car le séjour repose sur le principe du bénévolat. Un enfant qui veut partir peut donc se retrouver dans l’Oregon, à Hawaï ou en Californie. Nos enquêtes satisfaction montrent que l’important n’est pas la destination en soi. 50 % de la réussite du séjour dépend de l’entente avec la famille et les autres 50 % dépendent du cercle social créé par l’adolescent », analyse Sarah Souini de l’association PIE qui fédère 150 000 bénévoles, déjà partis grâce à l’association. « Ce sont eux qui font passer les entretiens et cela fait deux ans que l’on commence à envoyer les enfants d’anciens participants. C’est un bon indicateur de satisfaction », se réjouit Sarah Souini.

Enfin, ne sous-estimez pas le temps de gestation d’un tel séjour. « Je recommande une période de dix mois », estime Sarah Souni. Effectivement, mieux vaut anticiper au début de l’année scolaire qui précéderait un éventuel départ afin de constater la motivation dans la durée et la maturité de l’enfant qui souhaite partir…

Geoffroy Framery

Laisser un commentaire