Quelques astuces pour lutter avec les gros mots

0

Malheureusement aujourd’hui, les gros mots font partie du langage courant de notre société. Nos enfants peuvent les entendre partout, à commencer par l’école. Ils se montrent d’ailleurs souvent grossiers pour faire comme les autres, pour être reconnus et acceptés par leurs pairs. Mais que faire lorsqu’ils nous lancent ces mots vilains à la figure ?

Cette période est inévitable pour tous les parents. Ce jour où votre enfant commence à dire non pas « crotte » mais des mots bien plus corsés. Prononcer des grossièretés l’amuse beaucoup, il éclate d’ailleurs souvent de rire en le faisant. Vous aussi, vous souriez de temps à autre lorsqu’il vous lance la première fois un gros mot. Or ce comportement doit être pris au sérieux, pour éviter les dérives. Il est donc nécessaire de calmer le jeu car avec le temps ces jurons pourront être formulés à l’encontre d’autres enfants ou adultes, cette fois sciemment. Il n’est pas question de jouer la carte du laxisme ! Vous devez donner à votre enfant des repères de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas !

Comment réagir ?

Évitez de rire ou de sourire lorsque votre enfant dit un gros mot. Cette réaction invite à la répétition. En effet, selon de nombreux experts, la meilleure façon de s’attaquer aux gros mots des enfants est de montrer l’indifférence la plus totale à chaque fois qu’ils les prononcent. Face à ce comportement, votre enfant comprendra que ses mots n’amusent pas la galerie. En n’obtenant plus l’effet désiré, il se peut qu’il arrête de les prononcer. En outre, il faut rester serein. Il est déconseillé de punir son enfant parce qu’il risque d’associer le juron à votre attention ce qui lui permettra en même temps de goûter à la transgression.
Au lieu de le gronder, vous pouvez lui expliquer de manière claire, nette et simple que vous n’aimez pas l’entendre dire ces mots vilains. Si les gros mots qu’il utilise sont forts et peuvent causer des problèmes de relations sociales, n’hésitez pas lui expliquer leurs sens (pas de tous les mots bien entendu) et qu’il peut déranger et offenser quelqu’un. Apprenez-lui à s’excuser s’il offense quelqu’un avec ses jurons. Toutefois, il ne faut interdire à son enfant d’exprimer sa colère lorsqu’il en a besoin. Pour cela, vous devez lui offrir des alternatives. Montrez-lui qu’il existe d’autres façons d’exprimer ses émotions en utilisant des expressions moins désagréables. « Avec mes enfants, on invente des expressions pour remplacer les gros mots. Les enfants sont très inventifs. Ils ont par exemple trouvé des termes comme « espèce de ratafia » ou encore « carabistouille ». Ces mots font rire tout le monde et la colère est vite oubliée », confie Christophe, père de deux enfants âgés de 4 et 7 ans.

Surveillez votre langage !

Il est facile de dire que l’enfant a entendu ces gros mots à l’école, mais avez-vous déjà surveillé votre propre langage ? En effet, votre enfant peut un jour vous faire remarquer que vous aussi, vous dites ces mots très laids. Face à une telle « accusation », vous pourrez vous sentir pris entre le marteau et l’enclume. Pas de panique, il existe une solution toute simple : dites que vous regrettez d’avoir utilisé ces gros mots et qu’à l’avenir vous allez essayer de vous contrôler. Ainsi, votre enfant pourra prendre exemple sur vous. Et pourquoi ne pas mettre en place le pot à gros mots pour toute la famille ? Le montant de « l’amende » doit être juste et tenir compte de l’argent de poche donné à votre enfant et de la fréquence des gros mots dans ses phrases. Le but doit rester éducatif car un système trop répressif pourrait conduire à l’effet inverse. Tous les mois, tous les trimestres ou encore tous les ans, vous pouvez récupérer l’argent de la cagnotte et compter la recette avec votre enfant pour qu’il prenne conscience du nombre de gros mots que cela représente. L’utilisation du montant de la boîte anti-gros mots doit bénéficier à tous les membres de la famille ou alors vous pouvez en faire un don à une association. La dernière solution serait d’ailleurs la meilleure.
Le plus souvent, les gros mots sont passagers, même s’il arrive qu’ils reviennent à l’adolescence. Mais cette fois, votre enfant connaîtra leur utilisation et n’en abusera pas. Cependant si vos petits continuent à dire des gros mots même quand ils ont appris que c’est inacceptable, cela signifie qu’ils n’arrivent pas à canaliser leurs émotions. Ils utilisent les gros mots pour se décharger émotionnellement. Dans ce cas, et uniquement si vos efforts sont vains pour faire passer cette vilaine habitude, vous pouvez consulter un psychologue.

Anna Ashkova

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.