Comment envoyer son enfant en séjour linguistique en toute confiance ?

0
Avant d’envoyer votre enfant en séjour linguistique, faites le tri parmi les organismes qui proposent de tels séjours et choisissez les professionnels certifiés qui ont décidé de jouer la carte de la qualité.

L’offre en séjours linguistiques est extrêmement vaste et variée. La France compte environ 150 agences ou associations spécialisées dans ce type de voyages. Avant de signer un contrat avec l’une d’elles, il faut s’assurer qu’elle possède bien un agrément de voyage et du tourisme. Il s’agit d’une obligation au regard de l’administration. Il faut donc être vigilant sur ce point car certaines structures exercent en totale illégalité. Pour savoir si l’organisme que vous avez sélectionné est bien agréé, il suffit de vérifier si un numéro de licence figure sur ses documents, en particulier sur ses brochures. Ce numéro, précédé des lettres «AG» (s’il s’agit d’une association) ou «LI» (s’il s’agit d’une licence d’agent de voyage), se compose du code postal du département dans lequel l’agrément (ou licence) a été demandé, de l’année d’obtention et d’un numéro de série propre à l’organisme. Mais, attention, un agrément ne garantit pas forcément la qualité ! Il faut donc faire attention et opter pour des organismes certifiés. Le processus de certification est un processus volontaire. C’est un vrai engagement pour l’organisme qui doit se conformer à des cahiers des charges très stricts et subir des audits réguliers.

Passer par une fédération de séjours linguistiques

En France deux fédérations regroupent des organismes offrant des gages de qualité et de sérieux : l’Unosel (Union nationale des organisations de séjours éducatifs, linguistiques et des écoles de langues) et l’Office (Office national de garantie des séjours et stages linguistiques). « En passant par un organisme labellisé, on s’assure qu’il est contrôlé, répond à la législation française et qu’un suivi est fait. C’est un vrai gage de confiance », explique Sabine Bonnaud, déléguée générale de l’Unosel. « Nos organismes passent tout un parcours d’audits au moment de labellisation. On les audite au siège social sur leurs brochures, leur site internet et un de leurs séjours. Une fois que ces audits sont validés, ils sont en période d’essai pendant un an. Durant ce temps, nous vérifions qu’ils respectent bien nos engagements », poursuit-elle. Les 62 organismes labellisés, dont 33 spécialistes en séjours linguistiques (ESL Séjours linguistiques, Prépa-Langues Eurostages, DLC – Decouverte Linguistique et Culturelle, You’re Welcome Séjours Linguistiques, You’re Welcome, Languages & Travel, Vivalangues, etc.), s’engagent sur plusieurs points. L’Unosel s’assure, pour le participant, de l’application des réglementations en vigueur sur chaque métier concerné : colonies de vacances, voyages scolaires et séjours linguistiques. Pour les séjours linguistiques, les organismes s’engagent en outre à respecter l’intégralité de la norme européenne. « Ils adhèrent aussi à la médiation du tourisme et du voyage. Un point important pour les parents car en cas de litige avec un organisme ils peuvent toujours s’adresser à la médiation qui leur donnera un avis totalement impartial », note Sabine Bonnaud. Le bien-être du participant et sa sécurité sont au cœur de l’attention sur tous les aspects du séjour : transport, encadrement, conseil et accompagnement. Depuis 2019, les organismes de colonies de vacances, membres de l’Unosel, renforcent leur taux d’encadrement. Pour les moins de six ans, il est prévu a minima un adulte pour cinq jeunes, un pour huit pour les plus de six ans et un pour dix pour les plus de 14 ans. La sécurité mais aussi la personnalisation des séjours sont ainsi améliorées.

Les organismes labellisés sont contrôlés au moins une fois tous les trois ans. « Nos auditeurs indépendants contrôlent un séjour au hasard et s’assurent que tout est conforme à ce qui a été vendu au client », précise Sabine Bonnaud. Plus de 80 points d’audit sont vérifiés minutieusement, des mentions légales indiquées sur les documents jusqu’au nombre d’enfants logés par chambre, la qualité des repas et des cours. « Tout doit être conforme à ce qui a été vendu au client ! », insiste Sabine Bonnaud. La finalité de ces audits est de contrôler mais aussi de faire progresser les organismes labellisés. C’est pourquoi à chaque étape de l’audit, les organismes sont accompagnés et ont la possibilité de mettre en place d’éventuelles actions correctives. Ces dernières feront ensuite l’objet d’un contrôle. « En cas de non-prise en compte d’une non-conformité dans un délai d’un mois suite à l’audit, l’organisme peut faire l’objet d’une suspension voire d’une radiation définitive », Sabine Bonnaud. « Au sein de notre association, nous organisons aussi des formations, des réunions et des conférences pour les organismes afin qu’ils améliorent leurs compétences et qualité », conclut la déléguée générale de l’Unosel.

Un autre grand syndicat, l’Office, centralise plusieurs organismes qui se doivent de respecter une charte de qualité. Depuis 1997, l’Office s’engage – à travers ses missions d’information et conseil, de contrôle et labellisation et de professionnalisation du secteur – à garantir à tous (élèves/étudiants, parents et établissements scolaires), la réussite de leurs séjours linguistiques et éducatifs. L’Office sélectionne les meilleurs organismes. Ces derniers sont labellisés « Contrat Qualité ». Ils s’engagent sur l’encadrement, l’hébergement, le transport, les cours, les activités, l’organisation générale, le suivi 24h/24h et les informations préalables. Élaboré par l’Office avec les fédérations de parents d’élèves FCPE et APEL, ainsi que des associations de consommateurs agréées (CLCV Île-de-France, AFL Paris, ALLDC Léo Lagrange et Familles rurales), le Contrat Qualité est donc une référence dans le secteur des séjours linguistiques et éducatifs. Le credo de l’Office : ne rassembler que des organismes qui proposent des produits de qualité. Une vingtaine de contrôles sont organisés par an à l’étranger pour vérifier si ce que les organismes adhérents racontent est véridique. Parmi les organismes labellisés figurent notamment International Dialog, Telligo, ECI, WEP, SILC, Calvin Thomas, JEV Langues, Civi-Ling, AILS, Atout Linguistique, Langues Vivantes, La Ligue de l’Enseignement, YFU France, Kaplan, Eurocentres Paris, BEC, GSL, Terre des Langues, Oliver Twist Work & Study. Chaque année, au mois de mars, l’Office organise à Paris un salon des séjours linguistiques et des voyages scolaires. Cet événement, placé sous le patronage des ministères de la Jeunesse et de l’Éducation, ainsi que de la Commission européenne et en partenariat avec la Mairie de Paris, rassemble 26 exposants, tous labellisés « Contrat qualité » par l’Office. Ils présentent leurs meilleures offres et donnent des conseils sur les formules adéquates à choisir pour un enfant.

Opter pour des organismes certifiés «NF Service»

Certains spécialistes en séjours linguistiques préfèrent parfois obtenir une certification qualité indépendante. Il s’agit de la marque NF Service. Elle s’obtient au terme d’une démarche volontaire des organismes auprès de l’Afnor et assure non seulement la conformité aux normes en vigueur mais aussi des critères de qualité supplémentaires correspondant aux besoins des jeunes et de leur famille (volet pédagogique, hébergement, encadrement des activités scolaires et complémentaires). L’Afnor réalise tous les ans des audits sur les lieux de séjour à l’étranger afin de garantir le niveau de qualité. Huit organismes sont certifiés NF Service. Parmi eux Cap Monde, CLC (Club Langues et Civilisations), LEC (Loisirs Culturels à l’Etranger), Nacel, Actions Séjours et Verdié Voyages sont membres de l’Unosel. Le SILC, également certifié NF Service, est également labellisé par l’Office. De son côté, EF (Education First) a choisi d’être indépendant et ne faire partie d’aucune structure. Toutefois, l’organisme est bel et bien certifié par l’Afnor. « On s’engage à ce que l’information que l’on propose soit claire et précise. On s’engage aussi sur la qualité de l’hébergement, sur les prestations pédagogiques adaptées, sur la qualification des professeurs ou encore sur le retour des clients », explique Adeline Prévost, Quality & Communication Manager, EF Education First.

Anna Ashkova

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.