L’Office, Salon du 7 mars : toutes les nouveautés

0
Le séjour lingusitique, étape formidable pour nos jeunes cerveaux avides de jouer les tours de Babel. Une journée devrait vous mobiliser, le 7 mars prochain : le Salon de l’Office national de garantie des séjours linguistiques et éducatifs – dites « l’Office », comme tous les initié/es –, référence des séjours linguistiques et éducatifs, ouvre ses portes. En avant-première, voici les nouvelles formules et les destinations phares.

Depuis 1997, l’organisme que soutient le ministère de l’Éducation (et la Commission européenne) multiplie missions d’information et de conseil, de contrôle, de labellisation et de professionnalisation du secteur. Il s’agit de garantir à tous (élèves/étudiants, parents et établissements scolaires), la réussite de séjours linguistiques et éducatifs efficaces. Devenir « organisme membre » de l’institution, une fois par an, revient à se voir attribuer une étoile au Michelin ! Le 7 mars, les « étoilés » retrouvent les 22 exposants – dont ECI, WEP, Jev Langues, Ails ou encore Oliver Twist Work & Study – au sein du lycée Henri IV à Paris, en partenariat avec la Mairie de Paris. Tous proposent des formules adaptées à tous les profils et à tous les objectifs, scolaires, professionnels ou personnels, vers plus de 100 destinations. « Cette année, trois nouveaux organismes vont nous rejoindre au salon, annonce Gérard Deshayes, président de L’Office, Mobiliteen, une agence très dynamique et rigoureuse, Move & Study et LinguEtude. » Comme les autres organismes, les nouveaux « membres » sont labellisés Contrat qualité, élaboré par L’Office avec les fédérations de parents d’élèves FCPE et Apel, les associations de consommateurs agréées que sont CLCV Île-de-France, AFL Paris, ALLDC Léo Lagrange et Familles rurales. Traduction : ils s’engagent sur l’encadrement, l’hébergement, le transport, les cours, les activités, l’organisation générale, le suivi 24 heures sur 24 et les informations préalables. Ce qui n’exclut pas, au contraire, les contrôles organisés chaque année par L’Office. « On existe pour la qualité. S’il y a des manquements, on réagit rapidement », répète le garant Gérard Deshayes. « Nous avons d’ailleurs décidé d’augmenter le nombre de contrôles car nous sommes convaincus qu’on peut toujours mieux faire. » Autre innovation annoncée : un salon en province. « Rien n’est encore acté ! », prévient Gérard Deshayes. L’Office organisera un sondage avant décision.

Et le Brexit alors ?

Comme tous les autres secteurs en lien avec le voyage, celui des séjours linguistiques a été légèrement ébranlé par le Brexit. « Les parents n’ont pas à s’inquiéter », rassure le patron de L’Office. « Avant la fin de l’année 2020, aucun changement n’est prévu. Le Brexit n’a pas d’impact sur les séjours linguistiques pour le moment. Nous avons reçu toutes les assurances de la part des autorités britanniques. » Même si les changements probables qui interviendront dès 2021 ne sont guère connus, le secteur ne sera touché qu’à la marge : « Le chiffre d’affaires des écoles de langues au Royaume-Uni s’élève à 14 milliards par an. Je ne pense pas qu’ils prendront des mesures décourageantes ! »

Parce que le choix de la formule, de la destination et de l’organisme est fondamental pour un séjour linguistique réussi, préparez donc votre visite en amont en notant les nouveautés du 7 mars prochain : vous n’aurez plus qu’à poser quelques questions sur la formule choisie. Mais attention, n’oubliez pas de « discuter avec votre enfant et voyez s’il/elle a vraiment envie de partir en séjour linguistique », conseille Gérard Deshayes. Pas de « décret parental ».

Petites formules pour petits poussins

• Pour votre enfant entre six et dix ans : c’est à vous d’estimer s’il/elle est apte à partir loin de la maison familiale pendant une semaine ou deux. Les formules classiques, en résidence avec d’autres enfants et des animateurs bilingues, se révèlent parfaites pour conserver au petit une espèce de cocooning.

• Votre enfant a neuf ans : pourquoi ne pas le/la faire partir en Grande-Bretagne, grâce à Civiling, dans une petite ville de la région du Sussex, proche de la station balnéaire d’Hastings ? L’école offre un cadre privilégié dans un environnement sûr, en pleine campagne, proche de la mer. En plus des cours de langues, le jeune pensionnaire connaîtra quelques excursions et prendra part à de nombreuses activités proposées par les animateurs de l’école. Une formule « colonie de vacances à l’étranger » pourrait se révéler aussi sûre : L’Irish farm de Silc, destiné aux 8-11 ans, figure dans le top dix des best-sellers de l’été.

• Autre style, la famille d’accueil pour enfant très sociable, à l’aise dans les relations avec des adultes – et des enfants de son âge. Linguetude propose par exemple plusieurs formules de ce type dès sept ans, en Irlande, au Canada, en Espagne, en Allemagne ou encore en Italie. Si vous êtes frileux/se à l’idée de laisser votre enfant partir loin de vous, de nombreux séjours, du type American village, se déroulent en France. L’association Regards propose cette formule. L’accueil des enfants se déroule au château de Brannay, à cent kilomètres de Paris. Ludique, festive, cette colonie de vacances en anglais s’adresse aux petits âgés de 4 à 11 ans. Pour garantir le bien-être de tous les enfants, ils sont répartis par tranche d’âge. À la clé, tous les jours, deux heures de cours. Le professeur sera accompagné par les animateurs, bilingues ou natifs, qui l’assisteront dans la mise en place des ateliers. Jeux, chansons, ateliers manuels… S’amuser en apprenant ou l’inverse. Nourrir le poulailler, ramasser les légumes… Dans la mini-ferme du château, ils/elles s’occuperont des animaux et du potager. Vacances mémorables assurées ! Avec sa formule Little Big Land, Terre des langues propose aussi aux jeunes de 9 à 15 ans de vivre en immersion anglaise au cœur de la France. La recette de ce séjour est simple : mélanger colonies de vacances et immersion en anglais, ajouter des centres d’hébergement au cœur de la France puis laisser mûrir pendant une à deux semaines.

Pour un été inoubliable !

Entre 14 et 17 ans, les jeunes, plus autonomes, montrent en général un meilleur niveau en anglais ou autre langue qu’ils étudient à l’école. Il est alors possible d’essayer des destinations lointaines, style Big Apple (New York) ou la Ville des Anges, Los Angeles. BEC propose de nombreux séjours linguistiques dans ces deux métropoles. Si votre ado tend vers l’indépendance, pensez aux voyages « découverte ». Cette formule sans cours, notamment proposée par La ligue de l’enseignement, offre à un jeune de passer un agréable séjour dans le pays de son choix tout en profitant d’apports culturels et linguistiques où la détente, la découverte et la convivialité seront les atouts d’un échange enrichissant en groupe ou en famille hôtesse.

Les summers camps ne sont pas à négliger ! L’occasion de s’inscrire dans un vrai réseau d’amitiés internationales. Le bain linguistique est total (formules avec ou sans cours), l’expérience complète et épanouissante, et, l’été, au final, mémorable à plus d’un titre. Avec Calvin-Thomas, vous pouvez choisir le summer camp pour votre ado. Trois choix : le « sport », la formule « excursions et cours », la « nature ». Au cœur des grands espaces ou des grandes villes, les jeunes se dépensent, se détendent et se dépassent.

Une année scolaire à l’étranger, ça vous tente ?

Et à la rentrée scolaire, pourquoi ne pas inscrire votre ado dans un lycée étranger ? Partir étudier en séjour linguistique et interculturel lui fera découvrir un autre système scolaire et s’ouvrir à une autre culture. Attention, se souvenir que l’année scolaire commence à des dates variées d’un pays à un autre. En Australie, par exemple, le calendrier scolaire situé dans l’hémisphère sud commence à la fin janvier et se termine en décembre. Les élèves arrivent à l’école à 9 heures du matin et repartent à 15 heures 30. De leur côté, les élèves japonais commencent leurs cours en avril. L’année scolaire nippone s’étend jusqu’à mars et comprend plusieurs trimestres entrecoupés de pauses. La journée commence à 8 heures 30 et prend fin à 17 heures. Pour les élèves britanniques, l’année scolaire débute en septembre et prend fin en juillet, avec des vacances d’été de 6 semaines. Le calendrier scolaire est divisé en trimestres entrecoupés de pauses à Noël et à Pâques. La plupart des écoles du Royaume-Uni commencent leurs journées à 9 heures et les terminent à 15 heures 15. Connaître les quelques particularités de l’année scolaire aux États-Unis est indispensable puisque le calendrier scolaire varie en fonction des États. L’année scolaire débute mi-août ou début septembre et se termine entre mi-mai et fin juin. Les vacances durent deux semaines entre Noël et le jour de l’An et une semaine au printemps. Les cours débutent à 7 heures 30-8 heures 30 et se terminent à 14 ou 15 heures (ils durent une ou deux heures). Les évaluations sont attribuées selon la participation des élèves en cours et l’investissement personnel. Le sport y est bien sûr très populaire, en général organisé par les écoles. La plupart des lycéens étrangers en séjours linguistiques aux États-Unis pratiquent des activités en plus des matières « académiques » classiques. Il est possible de choisir le football, le volley-ball, le softball, la natation ou encore le baseball. Cours de théâtre et clubs, style photographie ou échecs, sont de mise. Mais des restrictions et une sélection à l’entrée sont à franchir pour s’inscrire au sein d’un club ou rejoindre une équipe. Par exemple, l’inscription dans une équipe de sport, quelle qu’elle soit, dépend du niveau de l’école, de l’État et de la politique du coach et de l’école. Avec EDI, votre enfant partira en Irlande, en Grande-Bretagne, au Canada, en Nouvelle-Zélande ou encore en Australie pour une durée de deux semaines à un an. Vous découvrirez aussi de nombreuses formules et destinations en la matière sur le site d’un autre membre du salon, AFS Vivre sans Frontière.

Que se passe-t-il pour un/e élève en classe de première en 2019-2020 et qui souhaite passer un an à l’étranger en 2020-2021 ? « À la rentrée 2021-2022, l’élève n’a aucun souci à se faire : ses notes acquises en classe de première seront conservées. Pour l’évaluation chiffrée annuelle et pour l’épreuve commune de contrôle continu, sa note de contrôle continu portera sur son année de première et de terminale. Lorsqu’il/elle s’inscrira aux épreuves finales, il/elle devra faire les démarches nécessaires afin de reporter ses notes du premier groupe d’épreuves obtenues pendant son année de première », précise YFU France sur son site. L’organisme propose des programmes destinés aux jeunes de 15 à 23 ans, de durées variées (de 2 mois, 3 mois, un semestre ou une année scolaire) et avec un contenu adapté à chaque profil (scolarité dans un lycée étranger avec les jeunes de la localité, ou dans un Community College, programmes thématiques).

Jobs et stages à l’étranger (et pas seulement pour vos enfants !)

Au salon de L’Office, de nombreux organismes proposent aussi la formule Jobs et stage à l’étranger, grâce à laquelle étudiant/es et adultes (à partir de 16 ans pour les stages et 18 ans pour les jobs) acquièrent une expérience professionnelle, gagnent en autonomie et confiance en eux, valident leurs compétences, maîtrisent mieux la langue anglaise et développent un réseau à l’international. Pour bien préparer ce type de voyages, le jeune doit identifier ses attentes et objectifs du séjour, se renseigner en amont sur les destinations possibles, les formules disponibles (via le site de L’Office) et sur les coûts de la vie sur place (hébergements, transports, etc.). Et bien sûr, il faut préparer son dossier en anglais (CV et lettre de motivation). Plus le séjour est long, plus les gains en autonomie, bagage linguistique et expérience professionnelle seront importants ! Les destinations les plus prisées en ce moment restent celles des pays anglophones : Angleterre, Irlande, États-Unis, Canada et Australie.

Si vous aussi souhaitez donner un nouvel élan à votre carrière professionnelle, n’hésitez pas et partez quelques semaines en séjour linguistique. La maîtrise d’une langue étrangère est devenue l’une des premières compétences observées sur un CV. On peut, certes, regarder Netflix sous-titré ou apprendre au fur et à mesure sur une application téléphone, mais il existe désormais des préparations intensives organisées dans des écoles de langue aux quatre coins du monde. À partir de 20 heures par semaine, ces programmes promettent l’intégration rapide du vocabulaire, de la grammaire, nourrissent l’expression en expressions idiomatiques, un excellent moyen de développer une nouvelle compétence. Pensez à vous inscrire à une des formules proposées par Séjour Home Abroad.

De son côté, Langue vivante propose des cours orientés « business » pour intégrer rapidement le vocabulaire. Si vous n’avez guère le temps, mais souhaitez un résultat maximal, pensez aux séjours chez le professeur particulier. Progrès garantis !

Les inscriptions au salon sont d’ores et déjà ouvertes sur le site de L’Office (www.loffice.org).

Anna Guiborat

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.