Parle-moi, je te dirai si tu es connecté !

0

Quel parent ne s’est jamais senti démuni ou démodé de ne pas comprendre les mots utilisés par son enfant. Outre le verlan et autres langages dérivés, parlés entre jeunes, ils emploient des termes « techniques » ou du moins connectés, qu’ils semblent être les seuls à comprendre, comme en témoignent les expressions en forme de point d’interrogation sur le visage de leurs parents. Pour ne plus être à la ramasse, voici un petit dictionnaire pour rester connecter :

Tweet = message court composé de 140 caractères maximum, publié sur Twitter.

Snap = il s’agit d’une photo éphémère envoyée à un de ses contacts via l’application Snapchat. La personne ne peut la voir que dans un temps imparti, de 10 secondes maximum, mais il y a tout de même la possibilité de « screener » la photo, pour la garder.

Screener, screenshot = action qui consiste à faire une capture d’écran dans le but de partager le contenu ou de le garder pour soi.

Like = aimer une publication sur Facebook en cliquant sur le pouce en l’air bleu.

« Je l’ai en ami » = cela signifie que les deux personnes sont connectées ensemble sur Facebook et qu’elles voient les publications, les photos, les commentaires de l’une et de l’autre. Le terme « ami » sur les réseaux sociaux n’a pas cette notion d’amitié très forte entre deux personnes. Un utilisateur peut avoir plus de 1 000 amis, dont la plus grande partie n’est que des connaissances, voire des gens qu’il n’a jamais vus. Le but d’avoir quelqu’un « en ami » est de garder un contact avec lui via ce qu’il partage et publie.

Gamer = une personne qui est accro aux jeux vidéo

Geek = personne accro à l’informatique, aux NTIC.

#= le hashtag permet d’associer un tweet ou une publication à d’autres qui parlent du même sujet.

Tagger = identifier quelqu’un sur une publication.

Download = téléchargement

Playlist = c’est une liste de musiques que l’on compose pour écouter ses chansons favorites en boucle.

Adresse IP = numéro ou adresse qui nous identifie de façon unique sur Internet.

Hacker = personne qui contourne les protections d’un logiciel pour s’introduire frauduleusement dans un système ou un réseau informatique.

MP = message privé qu’on envoie à un seul utilisateur.

Spam = messages envoyés, souvent en privé, par des utilisateurs voulant faire de la pub pour un site.

Cloud = service en ligne permettant d’accéder à des ressources informatiques.

Foodporn = prendre en photo ses plats avant de les manger.

Cookie = rien à voir avec le gâteau, il s’agit d’une suite de caractères émis par certains sites web et qui est stockée sur votre disque dur. Lors de connexions ultérieures, l’ordinateur renverra son cookie au site web qui pourra alors l’identifier et retrouver des données que vous avez précédemment entrées.

Giga = abréviation de gigaoctet, qui désigne une unité de mesure que l’on utilise en informatique, qui détermine l’espace mémoire d’un ordinateur.

Déconnecter pour mieux communiquer

L’ère du numérique induit un manque de communication réel entre les individus et notamment entre les parents et les enfants. Enfermés dans un monde virtuel qui les sépare des préoccupations de la vie réelle, ils se déconnectent de plus en plus des véritables rapports humains. Les parents se retrouvent alors démunis face à leurs enfants qui vivent portable dans la main et écouteurs sur les oreilles à longueur de journée. Comment les déconnecter ? Pourquoi est-ce important ? Les enjeux et les bienfaits d’une connexion limitée !

La communication : indispensable à leur bon développement personnel

Friands des réseaux sociaux et des SMS, les jeunes communiquent principalement via leur smartphone. Si cela peut être avantageux pour garder contact avec des personnes qui habitent loin, cela peut également nuire à la communication avec des personnes qui les entourent. Quel parent ne s’est jamais retrouvé à tenir une conversation seule face à son enfant plus préoccupé à surfer sur la Toile ou à écouter le hit du moment ? Si c’est un sentiment très énervant d’avoir l’impression de parler dans le vide, le manque de communication est un problème d’autant plus préoccupant. Un enfant et surtout un adolescent doivent avoir des repères, doivent se sentir soutenu et accompagné. En tant que parents vous êtes les repères de votre enfant, il est donc important qu’il ait conscience que vous êtes là pour lui, pour l’accompagner. Cette prise de conscience passe par un bon dialogue entre vous. Vous l’aurez compris, communiquer efficacement avec votre enfant nécessite d’éloigner tous les supports d’évasion à la discussion, comme les objets connectés. Lorsque vous décidez d’avoir un échange avec lui, assurez-vous de garder tous ces éléments distrayants hors de portée sans que cela ne ressemble à une répression, qui entraverait le dialogue et serait source de conflit. Certains moments peuvent aussi être aménagés pour favoriser la communication. Partager les repas en famille est par exemple un temps privilégié pour échanger sur sa journée, ses doutes, son humeur, sans avoir d’objets connectés autour. Thomas Gordon rappelle dans son livre « Parents efficaces », que la communication est avant tout un besoin personnel à satisfaire. Comme tout besoin non satisfait, il peut être source de mal-être. Communiquer avec l’enfant est donc aussi bénéfique pour vous que pour lui. S’il a besoin de se sentir soutenu pour avoir confiance en lui et bien se développer, le parent a quant à lui besoin de se sentir présent pour son enfant et de l’accompagner au mieux dans son développement.

Les connecter au réel

Le numérique est une échappatoire dans lequel les enfants se réfugient pour échapper aux contrariétés, aux difficultés de la vie réelle. Cependant, cette facilité peut être nuisible. Ils s’enferment dans une vie virtuelle qui les empêche de percevoir les enjeux réels. Certes, l’enfance et l’adolescence sont jalonnées de moments qui peuvent être difficiles à passer, mais ces épreuves font partie de l’existence, c’est ce qui va leur permettre de se construire et d’être plus forts. Vouloir échapper à ses responsabilités via l’irréel les empêche de se construire et de grandir. Même si les objets connectés peuvent être envisagés comme un moyen d’évacuer, de se changer les esprits, l’addiction et l’enfermement dans un monde virtuel ne sont pas la bonne situation et la confrontation avec le monde réel sera d’autant plus violente et source de déception, car les exigences du monde virtuel sont bien loin de celles de la vie réelle. Encore une fois, une bonne communication est importante pour les rattacher au réel et les accompagner dans les épreuves de la vie.

Un impact sur leur réflexion

S’il a été démontré qu’une trop grande exposition des enfants aux écrans pouvait avoir des effets négatifs, comme un risque d’obésité, un déficit d’attention ou bien encore un retard de langage, cela peut provoquer d’autres conséquences. L’Académie des sciences a conclu « qu’un usage trop exclusif d’Internet peut créer une pensée de zapping » chez l’adolescent, qui appauvrit la mémoire, la capacité de synthèse personnelle et d’intériorité. De plus, cela impacte leur habilité à créer et à imaginer. Le numérique permet aux enfants d’être sans cesse occupés et éloigne l’ennui. Cependant, ce sentiment n’est pas forcément néfaste. Quand le cerveau de l’enfant n’est pas focalisé sur une tâche, il va alors pouvoir laisser libre cours à sa créativité et à son imaginaire. L’ennui permet donc de développer ces qualités. Chose qui n’est pas possible quand l’esprit de l’enfant est sans cesse occupé. Accorder des temps de coupure avec les objets connectés est donc primordial pour que l’enfant ressente cette solitude et qu’il développe son imaginaire. Ainsi, pour préserver ses capacités de réflexion et sa bonne santé cérébrale, il est important de limiter son temps de consommation des objets connectés.

Comprendre le numérique pour mieux l’appréhender

L’utilisation du numérique distingue parents et enfants. Si les premiers s’en méfient et ne sont pas très connectés, les seconds sont nés avec et ne peuvent pas s’en passer. Cette dichotomie dans l’usage de ces nouveaux gadgets crée une forte incompréhension entre les pratiques des deux générations. Bien que leur utilisation excessive puisse être nuisible, les parents doivent apprendre à leurs enfants à la gérer tout en essayant eux-mêmes de comprendre ces contenus, pour mieux les appréhender et comprendre les bienfaits ou les dangers qu’ils représentent pour leur progéniture.

Vivre avec son temps : l’ère du numérique

Les parents d’aujourd’hui peuvent avoir du mal à comprendre le rapport des enfants avec les objets connectés, tout simplement parce qu’eux-mêmes n’ont pas grandi avec. Leurs enfants sont nés et grandissent dans cette ère du numérique, où Internet remplace le papier et où les objets connectés semblent indispensables au quotidien. Même si ce lien avec l’innovation semble moins naturel aux parents qu’aux enfants, sa pratique et son bon usage sont devenus nécessaires. À l’école, il leur est par exemple demandé et exigé de bien savoir utiliser les supports numériques, comme en témoigne la validation du B2i, pour le Brevet des collèges, qui va être remplacé par le PIX. Les parents ne peuvent donc pas totalement leur interdire l’accès à ces nouvelles plateformes, car elles font partie de l’ère du temps et leur pratique est primordiale pour leur vie scolaire et leur avenir professionnel.

Parents : soyez connectés

Quand quelque chose nous est étranger, on ne sait pas comment l’appréhender. Avec tous les scandales et la mauvaise réputation que peuvent avoir les réseaux sociaux ou les autres supports numériques, il est normal que certains parents veuillent limiter leur accès à leurs enfants. Cependant, interrogez-vous sur ce que ces contenus peuvent leur apporter et pourquoi est-ce qu’ils y sont tant attachés. Pour répondre à ces questions, mieux vaut voir par soi-même en consultant ou en utilisant ces supports. Ainsi, vous pourrez voir par vous-même en quoi ils consistent et analyser les éléments qui peuvent nuire à votre enfant. Parler avec votre enfant sur ce que ça lui apporte et la façon dont il évalue le danger qu’ils peuvent représenter est aussi un bon moyen de comprendre leur utilisation et de créer un moment de complicité. De cette façon, en essayant de devenir des parents connectés, vous saurez comprendre l’apport de ces contenus afin de mieux limiter et appréhender leur accès à vos enfants pour leur assurer une consommation raisonnée qui ne leur sera pas néfaste.

Marie Bernard

Laisser un commentaire