En France, de nombreuses associations d’aide à l’enfance se voient redoubler d’efforts pour protéger ce qu’il y a de plus beau et d’innocent dans le monde – les enfants ! Ainsi, ils font appel à vous dans l’espoir que vous aussi serez touchés par cette magnifique cause.

91% des Français pensent que la famille est le premier lieu de solidarité, notamment entre les générations, selon un sondage Ifop, réalisé pour « La Manif Pour Tous ». En outre, 88% la perçoivent comme un atout pour la paix sociale et le vivre-ensemble. C’est donc au sein de notre famille que nous apprenons à être solidaire avec ceux qui nous entourent. Et les premiers qui ont besoin de notre aide sont les enfants démunis. Leur destin est entre vos mains !

Le parrainage d’enfants, de plus en plus plébiscité par les Français

Selon une enquête réalisée par France Parrainages et Séquence Marketing, cabinet expert en études qualitatives et quantitatives, en novembre 2016, le parrainage d’enfants en France est jugé utile par 88% des Français et à l’international par 87%. Le lien fort qui se construit entre un parrain et son filleul, en France ou à l’international, explique notamment ces chiffres. En outre, 39% des interrogés se disent prêts à parrainer un enfant en France. In fine, 81% estiment que les pouvoirs publics devraient soutenir le développement du parrainage d’enfants en France.

Dans l’Hexagone, il existe plusieurs associations qui proposent à ceux qui le souhaitent de parrainer les enfants qui vivent dans des situations difficiles sur le plan familial, éducatif et social. Tout d›abord, il faut comprendre qu›un parrainage n›est pas une adoption. Il vise à procurer un soutien financier aux enfants dans le but de leur permettre de grandir dignement. Dans le cadre d’un parrainage international, vous pourrez correspondre avec votre filleul, lui rendre des visites et même envoyer des cadeaux. Chaque enfant âgé entre 2 et 13 ans a son propre parrain qui le suit tout le long de sa scolarité et jusqu’à ce qu’il devienne autonome. « Le parrainage de proximité [en France, NDRL] est un engagement bénévole, non financier, qui consiste à passer du temps avec un enfant de sa région. L’impact bénéfique du parrainage sur les enfants (réussite scolaire, épanouissement personnel, ouverture sociale et culturelle) est un critère important dans l’engagement des Français », explique Audrey André, responsable communication et collecte au sein de France Parrainages. Ainsi, il se distingue un peu de l’international. Si vous êtes intéressés par cette expérience forte en émotions, vous pouvez vous tourner vers La Chaîne de l’espoir, qui milite depuis 1994, dans le monde entier, pour leur donner accès aux soins et à l’éducation. Créée en 1973, l’association Partage aide aussi les enfants du monde les plus défavorisés à grandir dans le respect de leurs droits fondamentaux.

Les orphelins, les grands oubliés de la société

« Les orphelins ne font l’objet que de rares statistiques et études sociologiques, étant souvent catégorisés dans les familles monoparentales, sans différence avec les enfants de parents séparés », déplore Emmanuelle Enfrein, responsable de la Fondation Ocirp. « Très peu d’études ont exploré les particularités du vécu de ces enfants », souligne-t-elle. Pourtant, selon une récente étude de l’Ifop pour la Fondation Ocirp, il y aurait jusqu’à un orphelin par classe en moyenne en France. L’étude précise aussi que 77% des élèves orphelins font état d’un impact négatif sur leur scolarité : problèmes de concentration, de mémorisation, difficultés pour faire leurs devoirs. 84% estiment aussi que le décès a eu un effet sur leurs relations familiales. Parmi les plus de 15 ans, 49% relèvent par ailleurs un effet sur leur santé, 46% disent qu’il a eu un impact sur leur orientation, et 43% sur leur choix de métier. 62% des enseignants pensent ne pas avoir la formation adéquate pour prendre en charge cette situation. C’est pourquoi, 85% d’entre eux plébiscitent l’idée d’un guide de « bonnes pratiques » pour appréhender une telle situation dans leur classe et 80% aimeraient suivre des sessions de formation. Enfin, 51% sont pour l’ouverture d’un espace de parole pour les élèves vulnérables. Cette étude, dévoilée à l’occasion d’un colloque au Conseil économique et social (Cese) à Paris, a été réalisée auprès de 1083 enfants et jeunes (essentiellement de moins de 25 ans) ayant perdu au moins un parent au cours de leur scolarité. 940 enseignants ont également été interrogés, du 15 février au 4 juillet 2016.

Comment fermer les yeux sur l’état de ces enfants après la révélation de ces chiffres ? Soutenir les associations qui les aident et accompagnent. En 2016, Apprentis d’Auteuil a fêté ses 150 ans d’existence. La Fondation a été créée le 19 mars 1866 par l’Abbé Roussel, préoccupé par le sort des orphelins et des enfants abandonnés à Paris. Plus d’un siècle après sa création, Apprentis d’Auteuil poursuit sa mission : redonner confiance aux jeunes en les accueillant, les accompagnant, en proposant une éducation et une formation aux plus fragiles, pour en faire des citoyens libres.

Pour que frères et sœurs partagent la même enfance

Selon le rapport du mois de juin 2016 de l’UNICEF France (le Fonds des Nations unies pour l’enfance), 80% des enfants sont aujourd’hui accueillis par des services d’aide sociale à l’enfance. Les raisons sont diverses, la maltraitance, la pauvreté, etc. Malheureusement, les fratries, séparées de leurs parents par une décision de justice, se trouvent divisées. Ils grandissent donc loin les uns des autres. C’est pour les aider à traverser une situation déjà difficile que SOS Villages d’enfant, depuis plus de 60 ans, les rassemble dans ses villages et leur apporte une structure d’accueil familiale, la protection, l’éducation et bien sûr de l’amour des mères SOS (éducatrices de l’association). Une action similaire est menée par la Fondation Action Enfance, créée en 1958 par Suzanne Masson, qui accueillait des orphelins de guerre pour leur donner du soutien matériel et affectif. Reconnue d’utilité publique, Action Enfance travaille en coopération avec les conseils généraux et les juges des enfants qui décident de séparer les enfants de leurs parents afin de les protéger car 60% d’entre eux ont subi des violences. Grâce à la Fondation, les frères et sœurs peuvent être regroupés au sein d’un même Village (l’organisme en compte 11). Près de 700 enfants et adolescents ont ainsi retrouvé repères et équilibre grâce à Action Enfance.

Parce qu’aucun enfant ne doit être violenté

D’autres organismes, quant à eux, se battent pour les droits des enfants maltraités. Voilà 40 ans, qu’Enfance et Partage – association reconnue d’utilité publique – lutte pour la reconnaissance, la promotion et la défense des droits de l’enfant, en France et dans le monde. Via de nombreuses missions, elle protège et défend les enfants contre toutes les formes de maltraitance, qu’elles soient physiques, psychologiques ou sexuelles. Un Numéro Vert, anonyme et gratuit (0 800 05 1234), est d’ailleurs destiné à recueillir des informations préoccupantes sur des mineurs victimes ou en danger de maltraitance.

De son côté, OSE, vient en aide, depuis plus de 100 ans, à de nombreuses personnes dans le monde en rassemblant des valeurs de solidarité, d’humanisme, de professionnalisme et de mémoire. La protection de l’enfance et l’aide aux familles restent l’activité principale de la Fondation qui accompagne plus de 1500 enfants par an. Les équipes professionnelles des établissements et services de l’enfance proposent aux familles des réponses éducatives qui vont de la prévention non spécialisée de l’enfance au placement, en passant par le soutien éducatif.

Offrez un rêve enchanté

Il était une fois une maladie vilaine qui s’était emparée de quelques petites filles et garçons. Mais même si son plan machiavélique était de tout leur enlever, elle n’a jamais réussi à leur prendre l’envie de rêver. Alors en 1987, Dominique Bayle décide de fonder l’association Les Petits Princes, pour aider les enfants touchés par une maladie grave à réaliser leurs rêves. Depuis, plus de 5000 rêves ont été réalisés. La rencontre avec une star préférée, une sortie au zoo, cinéma, musée, au parc d’attraction… Grâce à de nombreux dons, salariés et bénévoles, ces enfants ont pu oublier le temps d’un ou quelques jours leur souffrance et ont retrouvé le sourire. Si vous aussi vous aimeriez mettre des étoiles plein les yeux de ces adorables êtres, devenez bénévole des Petits Princes et faites partir la méchante maladie qui les frappe.

La fondation des Amis de l’Atelier, née en 1957 grâce à Anne Sommermeyer, œuvre aussi au profit des enfants et leurs parents. Des enfants pas comme les autres, puisqu’ils sont touchés par un handicap. Du fait de leur état de santé, ils étaient exclus du système scolaire traditionnel. Une chose qu’Anne Sommermeyer qualifiait d’injuste. Aujourd’hui, grâce à son dévouement et à celui de tous ceux qui soutiennent la Fondation, cette dernière possède une soixantaine d’établissement et services.

Une large palette de choix s’offre donc à vous. Choisissez le projet qui vous intéresse et soutenez-le !

Anna Ashkova

Laisser un commentaire