En matière de soutien scolaire, il ne suffit pas toujours de mettre la main au porte-monnaie pour réussir. Encore faut-il avoir un bon prof, celui qui saura faire progresser votre enfant. Comment trouver la perle rare ? Voici quelques conseils pour vous mettre sur la piste.

Cibler les difficultés de son enfant : connaître l’origine du problème

Il est primordial de connaître les lacunes de son enfant avant d’entreprendre toute forme de soutien scolaire. L’échec scolaire n’est pas une fatalité et il est toujours possible d’inverser la tendance avant le fatidique redoublement. Un rendez-vous préalable avec le professeur principal ou le professeur de la matière dans laquelle l’enfant rencontre des difficultés est la première étape à effectuer. Si votre enfant accuse un retard de connaissances comparé aux autres élèves de sa classe, son professeur doit être en mesure de vous indiquer les points non acquis. Pour cela, il faut que les parents soient attentifs au parcours de l’enfant. Il faut veiller à faire attention à ses bulletins de notes, son comportement en classe et assister de manière assidue aux rencontres parents-professeurs. Il faut rester à l’écoute de son enfant en lui posant régulièrement des questions sur ses journées et garder un œil sur ses devoirs. C’est à partir de là qu’il faut discuter avec son enfant et le professeur pour élaborer la meilleure stratégie. L’enfant doit être coopératif, son investissement doit être total pour que le soutien scolaire ne soit pas vain et inutile. En cours à domicile ou en stage, individuel ou collectif, il faut évaluer ce qui convient le mieux à l’enfant.

Se renseigner dans son entourage : scruter les offres

Le bouche-à-oreille reste le meilleur moyen pour avoir une idée de l’offre autour de soi. On peut d’abord demander l’avis au professeur de la matière concernée pour savoir s’il peut recommander un professeur de soutien. De même, entrer en contact avec des parents qui ont déjà eu recours à des professeurs de soutien est une bonne idée. Il n’y a rien de mieux que la réputation car le retour sur expérience est une donnée fiable.

Il faut rester vigilant sur l’offre proposée et la qualité du professeur avant de s’engager dans un contrat. Faites très attention aux formules et autres propositions alléchantes. Le prix est un facteur important pour beaucoup de parents : le prix moyen d’un cours particulier se situe en moyenne entre 20 et 30 euros de l’heure dans les organismes connus. N’oubliez pas qu’il y a la possibilité d’avoir une déduction d’impôt si on a recours à ces services de soutien scolaire.

En parallèle, des associations proposent un accompagnement aux devoirs. Gratuit, il est bien souvent financé par les pouvoirs publics comme les collectivités locales, les mairies, les Caisses d’allocations familiales (CAF) ou le Fonds d’action et de soutien pour l’intégration et la lutte contre les discriminations (FASILD). De même l’Association de la fondation étudiante pour la ville (AFEV) propose aux étudiants d’accompagner bénévolement des jeunes en difficulté scolaire. Pour les écoliers de primaire, des temps d’études après les heures scolaires sont proposés dans la plupart des écoles. Ils sont assurés par des professeurs de l’école ou des membres du conseil municipal. Il vous suffit de vous renseigner dans votre municipalité. Enfin, sur Internet, il existe des plateformes pédagogiques gratuites ou payantes avec des exercices élaborés à partir des programmes de l’Éducation nationale (par exemple le Cned). L’élève peut même poser des questions et des cours en lignes sont disponibles. Ces sites pédagogiques proposent des exercices interactifs mais l’accompagnement d’un professeur est une option souvent payante.

Critères de choix et conseils

  • La qualification du professeur de soutien scolaire est un paramètre à vérifier à tout prix. Son CV et ses études attestent d’un certain niveau pour enseigner. Si vous avez opté pour un(e) étudiant(e), privilégiez les candidatures avec un Bac+2. Il faut aussi se renseigner sur ses diplômes et les expériences ou les stages effectués en milieu scolaire ou avec des enfants. Il faut valoriser les expériences comme les gardes d’enfants ou encore le diplôme du BAFA qui sont de vrais plus. Le niveau d’études et de compétences est à adapter en fonction de l’âge, de la classe de l’enfant (primaire/collège/lycée) et des matière(s) abordée(s). Un élève de lycée qui souhaite réviser son Baccalauréat aura besoin d’un professeur plus expérimenté qu’un élève de primaire. De plus, pour un élève de primaire, le professeur de soutien doit être polyvalent pour couvrir tous les devoirs de l’enfant en mathématiques, français, histoire, anglais… Pour le collège et le lycée, le professeur de soutien est généralement spécialisé dans une matière bien spécifique. Le recours à plusieurs professeurs de soutien (si l’enfant a des difficultés dans plusieurs matières) peut être envisagé.
  • La motivation de l’enfant est sans doute le point le plus important : il doit être disposé à recevoir de l’aide et cela ne doit pas être perçu comme une punition. Mais la motivation du professeur est aussi voire plus fondamentale pour apporter tout l’encouragement nécessaire pour faire progresser l’enfant. Il faut que les parents et le professeur de soutien aient une discussion pour comprendre les soucis de l’enfant et déceler si c’est un point de vue méthodologique ou un désintérêt pour la matière. Un professeur compétent et passionné saura (re)donner le goût d’apprendre à votre enfant.
  • L’interaction est bénéfique pour que la relation entre le professeur et l’enfant soit bonne. Il faut demander à son enfant s’il se sent bien avec le professeur. C’est pourquoi un rendez-vous entre le professeur et l’enfant doit avoir lieu en votre présence pour voir si le professeur a un bon échange et possède des qualités pédagogiques et relationnelles. L’écoute et la patience sont des qualités essentielles tout comme l’empathie et la faculté à trouver des solutions pour débloquer une situation. Il faut que l’enfant et le professeur de soutien puissent tisser une relation de confiance.
  • L’objectif à atteindre doit être clairement identifié. Parents, professeur de soutien et enfant doivent savoir le programme à venir pour pouvoir constater au fur et à mesure les progrès de l’enfant et se projeter dans le futur. Le professeur de soutien doit pouvoir vous présenter un programme solide avec les exercices, la méthodologie d’enseignement et l’organisation de son travail. Il ne faut pas hésiter à lui poser toutes ces questions et s’impliquer dans la démarche. Il est conseillé de se donner un objectif dans un futur proche comme la révision d’un examen dans un premier temps. Il ne sert à rien de s’engager dans plusieurs séances. Ce test vous servira à voir si la méthode d’apprentissage porte ses fruits. Un accompagnement sur la durée est alors envisageable pour consolider les acquis. Il est alors préférable de demander les disponibilités du professeur.
  • La fiabilité du professeur : au-delà de ses compétences, c’est votre instinct et votre première impression qui feront la différence au moment de le recruter. Êtes-vous séduit par la personne ? Votre enfant sera-t-il en sécurité avec lui/elle ? Discutez avec votre enfant pour échanger avec lui ses impressions. La question du prix ne doit pas être écartée, si les tarifs sont trop élevés ou au contraire trop faibles la candidature est à rejeter. Il faut aussi se méfier, pour des raisons de sécurité, des professeurs qui souhaitent recevoir votre enfant dans un lieu privé.

Le test de la première séance

Une première séance d’essai est un bon test pour effectuer un bilan sur le déroulement de l’enseignement. L’échange entre le professeur et l’enfant ou encore le ressenti de l’enfant et du professeur suite à cette première leçon sont des repères pour songer à une suite favorable. En tant que parents vous devez vous entretenir avec l’enfant et le professeur séparément pour avoir le retour des deux protagonistes. Il est possible qu’un professeur ne convienne pas à votre enfant bien que ses aptitudes ne soient pas à remettre en cause. Il faut juste trouver le bon professeur avec la bonne méthodologie pour faire progresser votre enfant et que l’investissement soit utile et rentable. Cela peut prendre plus de temps que prévu. Cependant c’est le prix à payer pour que le niveau de votre enfant s’améliore. Le constat doit être sans appel : votre enfant a-t-il appris quelque chose à la fin du cours ? Le professeur est-il arrivé à l’heure ? Peut-il vous donner un planning avec une trame d’exercices et de méthodes adaptés au profil de votre enfant ? Tous les petits détails sont cruciaux pour concevoir un avenir avec ce professeur.

Trouver le bon professeur semble être une véritable roulette de la chance. En appliquant ces conseils, en vous fiant à votre instinct et en suivant vos propres critères de sélection vous trouverez le professeur idéal. À la clé, des progrès et des résultats scolaires en nette amélioration.

Anna Ashkova

Laisser un commentaire