Les familles d’accueil une bouffée d’air frais pour les personnes âgées

0

En 20 ans, ce dispositif est devenu une belle alternative à l’Ehpad, mais aussi un moyen pour les retraités isolés de ne pas rester seuls ou encore une solution pour donner un temps de répit aux proches de la personne âgée.

Marguerite a 82 ans. Après avoir fait plusieurs maisons de retraite, elle a opté pour une famille d’accueil dans les Yvelines. Elle y a trouvé une ambiance familiale et une écoute dont elle avait tant besoin. Une chambre personnalisée d’environ 12m2, c’est aussi ce qui lui a beaucoup plu. Et en plus, elle n’est pas la seule résidente de cette famille. Roseline et Bernadette y habitent également. Toutes les trois sont nourries, logées, blanchies et accompagnées dans leurs activités quotidiennes. Le tout pour environ 60-65 euros  par jour. Une indemnité journalière pour sujétions particulières est aussi à prévoir lorsque le niveau de dépendance ou de handicap de la personne âgée nécessite plus de présence ou de disponibilité. Son montant varie alors selon le degré d’autonomie de cette dernière, entre 3,49 et 13,96 euros. En outre, une indemnité d’entretien correspondant au remboursement des frais occasionnés pour l’accueil (alimentation, produits d’entretien et d’hygiène, frais de transport) doit être versée. Son montant est compris entre 6,98 et 17,45 euros. Un loyer pour la partie de l’habitation occupée est négocié entre la personne âgée (ou ses proches) et l’accueillant. Son montant varie selon l’indice de référence des loyers. Le Conseil départemental dispose d’un droit de contrôle sur le montant. S’il le considère abusif, l’agrément peut être retiré. L’accueillant familial peut être rémunéré directement par la personne qu’il accueille dans le cadre d’un contrat de gré à gré ou être salarié d’un organisme ayant obtenu l’accord du Conseil départemental. Dans les deux cas, l’accueillant dispose de droits en matière de niveau de rémunération, de congés payés et de couverture sociale. Ce mode d’hébergement peut être utilisé de façon permanente ou temporaire, à temps complet ou à temps partiel.

Pour le financer, la personne âgée ou ses proches peuvent bénéficier de plusieurs aides. Sous conditions de ressources, une allocation de logement de la CAF peut être accordée. Elle peut, par exemple, couvrir une partie du loyer. L’Allocation personnalisée d’autonomie (APA), si la personne présente un certain niveau de dépendance, peut être demandée auprès du Centre communal d’action sociale (CCAS) ou directement au conseil général. L’aide sociale départementale peut aussi participer aux frais d’accueil. Pour cela, il faut s’adresser au CCAS. Enfin, au titre de l’emploi à domicile, la personne peut bénéficier de la réduction d’impôt sur le revenu puisque les sommes versées à l’accueillant donnent droit à cet avantage fiscal au même titre que les salaires versés à une femme de ménage ou à une assistante de vie.

Comment trouver une famille d’accueil idéale ?

En moyenne, les personnes âgées restent trois ans dans une famille d’accueil. Cette dernière bénéficie d’un agrément durant cinq ans. Il est délivré par le président du Conseil départemental. « L’agrément est soumis au respect d’un certain nombre de conditions », précise le portail national d’information pour l’autonomie des personnes âgées et l’accompagnement de leurs proches. Les règles sont les suivantes : « Le logement doit être décent et compatible avec les contraintes liées à l’âge ou au handicap des personnes accueillies ; les conditions d’accueil doivent permettre d’assurer la santé, la sécurité et le bien-être physique et moral des personnes accueillies ; l’accueillant familial s’engage à assurer la continuité de l’accueil et à suivre une formation ; l’accueillant familial accepte un suivi social et médico-social des personnes accueillies par les services du département. » « Lors de l’instruction de la demande d’agrément, le Conseil départemental s’assure du respect de ces conditions en se référant au référentiel d’agrément des accueillants familiaux. La procédure d’instruction comprend : au moins un entretien des services du département avec le demandeur, au moins une visite à son domicile, la vérification de son casier judiciaire », ajoute le site gouvernemental.

Créé en juin 2016, le site CetteFamille.com met en relation 2 500 familles accueillantes dans 80 départements avec les personnes âgées qui souhaitent bénéficier de ce dispositif. Cette famille accompagne les accueillants, les aidants et les retraités dans toutes les démarches. En outre, les proches de la personne âgée ou celle-ci peuvent s’adresser au Conseil départemental ou prendre contact avec un point d’information local dédié aux personnes âgées pour se renseigner sur cette solution d’accueil.

Anna Ashkova

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.